Renaud et son séjour en prison, il se confie!



0
(0)

Cela ne vous aura probablement pas échappé…. Renaud est en train d’effectuer son grand retour. Son nouvel album studio est d’ailleurs sorti ce vendredi dans les bacs et sur les plateformes de téléchargement légal. A cette occasion, le chanteur français s’est confié sur ce fameux séjour en prison qu’il évoquait dans le cadre d’une des nombreuses interviews qu’il a accordé.


Annonces

Pour France Dimanche, il a notamment déclaré « Ça, c’est une histoire vécue, sur une île grecque, il y a une dizaine d’années » a notamment déclaré le chanteur à la « Chetron sauvage ».

Renaud : nouvelle tournée Phénix Tour à partir du mois d'octobre


Annonces

Puis de préciser « Je roulais sur un scooter, fracassé à l’ouzo. Un flic me fait signe : “Soufflez dans le ballon.” J’ai passé une nuit en cellule de dégrisement, une journée au commissariat, puis de nouveau cellule, avant d’être jugé sur une île voisine. Je vous laisse imaginer l’ambiance… J’avais les larmes aux yeux. Croyez-moi, il n’y avait rien de glamour dans cette mésaventure. »


Annonces

Renaud a ensuite expliqué que ce type de mésaventure ne devrait plus lui arriver « J’ai vu un addictologue pour l’alcool et je me suis arrêté tout seul, du jour au lendemain. Le 21 mars, cela fera exactement six mois que je n’ai pas bu une goutte. Même dans un Mon Chéri. Et je m’en porte à merveille ! » a t-il rajouté.

Des propos qui ne font au final que confirmer ce que Renaud a déclaré ce vendredi sur Europe 1. Evoquant son addiction à l’alcool, ce dernier a déclaré au micro de Thomas Sotto « Mon retour, fracassant semble-t-il, ressemble étrangement à mon retour en 2002 avec Boucan d’enfer, Manhattan-Kaboul et Dr Renaud, Mister Renard où je revenais aussi d’une période de dix ans d’alcool, de dépression, paranoïa, hypocondrie, de mal-être (…) Je n’ai plus jamais peur de replonger. J’en fais le serment devant Dieu, devant les hommes. Plus jamais je ne replongerai ».

Renaud à la une des médias

Ces derniers jours Renaud a multiplié les interviews dans la presse à l’occasion de la sortie de son nouvel album. Le week-end dernier il a été responsable de l’un des plus gros buzz du week-end en déclarant que le gouvernement de Manuel Valls le débecter.

Interrogé sur les derniers mouvements de grève et l’actuelle situation sociale, il avait lâché dans Le Parisien « La politique, entre guillemets, de gauche de ce gouvernement me débecte profondément. Je ne vais pas voter Fillon, quand même ! Si je n’ai que le choix de voter entre la droite et l’extrême droite, je voterai à droite. Sauf Sarkozy. Là, j’irai à la pêche à la ligne ».

Puis de préciser qu’il n’avait pas voter pour l’actuel président par réelle conviction. « Hollande, j’ai voté pour lui par défaut… Un mec qui remet la Légion d’honneur à un ministre d’Arabie saoudite, qui pond la loi Travail que même la droite n’aurait pas osé voter, la déchéance de nationalité… »

Pour Sud-Ouest, il était allé plus loin encore en rajoutant « Plus jamais je ne voterai socialiste (…)  Personne ne m’enthousiasme aujourd’hui, personne. »

Il y a quelques jours…

Un peu plus tôt c’est Jean-Jacques Goldman et les Enfoirés qui en ont pris pour leur grade. « Jamais on n’a vu Jean-Jacques Gold­man, qui a un tel pouvoir, un tel talent, dénon­cer une injus­tice » a t-il déclaré dans une interview pour l’Express.

Puis de rajouter « Les Restos du Cœur, c’est bien, cela rapporte beau­coup d’argent à la télé et à l’as­so­cia­tion, mais j’igno­rais que l’injus­tice et la misère étaient la serpillère de la charité (…) C’est pour cette raison que je ne parti­cipe plus à l’émis­sion, qui, en plus, s’est ouverte aux spor­tifs, aux célé­bri­tés en tout genre… »

Très vite il a rectifié le tir sur sa page Facebook en apportant les précisions suivantes  « Mes propos repris au sujet de Jean-Jacques Goldmann sont comme bien trop souvent sortis de leur contexte, tout ça pour faire du clic et du buzzzzz sur le web sur mon nom ! »

Concernant Jean-Jacques Goldman, il a écrit « Je regrette parfois qu’il ne s’engage pas plus souvent pour des causes qui rassemblent ou même divisent. C’est tout ! (…) c’est une personne que je respecte énormément de par sa musique, son talent, son humilité et son charme ».

Et de rappeler son soutien aux Restos du cœur dont le travail colossal permet  de « distribuer des millions de repas en France »

Replay de la soirée Renaud diffusée ce jeudi 7 avril sur Europe 1

A la veille de la sortie du nouvel album de Renaud, Europe 1 a retracé les 40 années de carrière de ce chanteur engagé à l’occasion d’une soirée spéciale Toujours debout diffusée le jeudi 7 avril de 20h00 à 22h00.

A l’occasion de son grand retour marqué par la sortie d’un nouvel album  et dont le titre « Toujours debout » est issu, Europe 1 a proposé une émission dédiée au chanteur. Cette programmation exceptionnelle composée de ses chansons et émaillée d’extraits d’archives d’actualités, a permis de revenir en musique sur les prises de position et les combats de Renaud, une mise en perspective qui a permis de redonner tout leur sens aux chansons.

Toujours Debout : 40 ans de chansons, 40 ans de combats.

L’émission a débuté notamment, avec le titre contestataire « Société tu m’auras pas », datant de 1975, suivi d’« Hexagone » (1975) chronique au vitriol de la France des années Giscard ». L’occasion également de revenir, sur les revendications sociales du chanteur avec la diffusion, notamment, du titre « Dans mon HLM »  sorti en 1980.

Ses convictions humanistes trouveront leur place avec « Ethiopie » écrit pour Chanteurs sans frontières et « Morts les enfants », deux titres sortis en 1985 ainsi que le morceau « Jonathan » daté de 1988 sur fond d’apartheid.

Ses prises de position politiques ont également illustrées par « Miss Maggie » (1985)  et des d’archives sur Margaret Thatcher, et par « La ballade Nord-Irlandaise » (1991), ode pacifiste alors que la guerre civile fait rage.

Ses chansons révèlent aussi sa sensibilité : de son amitié indéfectible  pour Coluche, disparu tragiquement en 1986 et auquel il a dédié, en 1988, la chanson « Putain de camion »,  à l’affection qu’il porte à François Mitterrand avec « Baltique » (2002) écrit après l’enterrement de l’ancien Président.

L’occasion de découvrir également un duo virtuel inédit entre Renaud et Georges Brassens sur le titre « J’ai rendez-vous avec vous ».

Une émission loupée ? Rendez-vous sur Europe 1.fr pour réécouter cette grande soirée consacrée à Renaud ou CLIQUEZ ICI

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note

Liens sponsorisés


Annonces


Annonces