INTERVIEW Jean-Luc Reichmann nous parle de « Au pied du mur »


Dès ce lundi 9 juillet, Jean-Luc Reichmann vous donne rendez-vos tous les soirs de la semaine à 19h05 sur TF1 pour son nouveau jeu « Au pied du mur ! ». Clairement inspiré de « 1 contre 100 » présenté il y a quelques années par Benjamin Castaldi, Jean-Luc Reichmann a mis un an à en repenser le concept.

Le principe est simple : seul « Au pied du Mur », le candidat devra éliminer 100 personnes face à lui. Son but est de répondre correctement aux questions de culture générale pour remporter jusqu’à 200.000 euros à partager avec un téléspectateur ! Si le candidat répond bien, il continue, mais à la moindre erreur, il est éliminé et c’est le Mur qui remporte les gains !


ANNONCES

A noter que durant tout l’été, Jean-Luc Reichmann continuera d’animer dans le même temps son célèbre jeu « Les 12 coups de midi » qui vient tout juste de fêter son 2eme anniversaire.

Pour Stars Actu, Jean-Luc Reichmann a accepté de répondre à quelques questions. Il nous présente « Au pied du mur » et nous parle de ses projets à venir.


ANNONCES

TF1

Voici donc notre interview de l’animateur de TF1.

Parlez-nous un peu de votre nouveau jeu « Au pied du mur ! », en quoi consiste-t-il ?

C’est comme un énorme jeu vidéo. C’est comme si vous aviez une manette dans la main et que vous deviez éteindre 100 lumières dans un mur. Chaque lumière représente une personne, donc il faut éliminer 100 personnes pour gagner 200.000 euros.

Quelles sont les différences avec « 1 contre 100 » que présentait Benjamin Castaldi ?

Ca n’a rien à voir parce qu’on s’est permis de refaire tout la mécanique. Il y a dix ans j’avais repéré ce concept en Hollande, au moment du lancement de « Attention à la marche ». Et à l’époque TF1 m’avait demandé autre chose au cas où « Attention à la marche » ne marcherait pas. J’avais donc fait les catalogues internationaux et j’étais tombé sur un décor grandiose qui était devenu « 1 contre 100 » . Je m’étais dit quand même que je n’avais pas dit mon dernier mot sur ce décor qui me semblait totalement extravagant. J’ai gardé ce décor formidable, qui est d’ailleurs le plus grand décor de France. Et on a refait toute la mécanique à l’intérieur, c’est à dire que la personne qui est au pied du mur ne peut plus partir et est obligée d’éliminer les 100 personnes dans le mur pour aller jusqu’au bout. A l’époque, il pouvait partir quand il voulait avec l’argent. Là, il n’aura pas le choix et devra aller jusqu’au bout pour gagner les 100.000 euros.

Laurence Boccolini réalise de très bonnes audiences avec « Money Drop » sur cette case horaire. Pas trop la pression avant le lancement ?

La pression je l’ai toujours, et qui plus est quand je ne l’ai pas, je me la met tout seul. Je pense que c’est un défi, que je considère comme mes jeux d’été. Je crois que, comme n’importe quel sportif, on se met la pression soit-même et on essaie de franchir le premier la ligne d’arrivée. La pression je la sens donc monter progressivement. C’est un petit sprint pendant l’été.

En cas de succès, est-il prévu que le jeu puisse revenir à la rentrée en alternance avec « Money Drop » et « Le Juste Prix » ?

C’est un programme estival et il ne reviendra pas à la rentrée. J’aime bien les coups, là c’est un coup juste pour l’été et après j’ai d’autres projets. Si c’est pas le théâtre ça sera la fiction, et si la fiction met plus de temps à se développer j’irai au théâtre. Donc pour l’instant, c’est juste ce coup bien précis, un coup estival.

Vous faites partie de ces « rares » animateurs dont toutes les émissions ont une durée de vie assez remarquable. Comment expliquez-vous ce succès mais aussi cette fidélité des téléspectateurs ?

Je crois qu’on ne peut pas tromper les téléspectateurs sur une longue distance et j’ai grandi avec eux. Les téléspectateurs connaissent mon parcours par cœur et commencent à très bien me connaître puisqu’ils me suivent au quotidien. Je crois que je fais partie de la famille en étant là tous les jours et en me remettant en question en permanence. Je suis aussi au milieu des générations : j’ai 50 ans, j’ai des enfants en bas âge et adolescents. Je peux donc être le papa, le petit-fils des grands-parents, le copain, le voisin, le tonton, etc.

Que pensez-vous du fait que l’on vous oppose toujours à Nagui ?

Ca ne me dérange pas, Nagui est un ami. Je trouve qu’il fait une carrière remarquable et qu’il a toujours pris des risques dans sa vie, dont celui de me laisser le micro ouvert sur « N’oubliez pas votre brosse à dent ». Je trouve que c’est personnellement très motivant et je nous compare à Nadal et Federer au tennis, l’adversaire est moteur et non pas un ennemi.

En dehors des jeux, quel autre type d’émission aimeriez-vous présenter ?

Dans un fantasme, j’aimerai bien interviewer des sportifs. Je pense que les gens sont en attente des ressorts et des envies des vrais sportifs de haut niveau.

Quels types de programmes aimez-vous regarder à la télévision ?

J’adore regarder les émissions sur le sport et les bêtisiers, toutes les émissions où on ne réfléchit pas et qui me permettent de me détendre. C’est pour ça que le 14 juillet au soir pour « Le bal des 12 coups », j’ai placé plusieurs bêtisiers. Il y a des gens que j’aime, comme Jean-Pierre Pernaut qui va danser un madison pendant l’émission.

Vous avez arrêté les matinales de RFM en 2008, un retour à la radio est-il prévu ?

Pour l’instant je suis en multi-activités. Mais je reviendrais à la radio car j’ai cette passion du quotidien, et c’est vrai qu’on partage totalement différemment à la radio. Il faut prendre le temps de bien faire les choses.

Maintenant tout se passe sur les réseaux sociaux, à quand votre arrivée sur Twitter ?

Je préfère garder une part de mystère et prendre du temps pour ma famille. Twitter demande d’être présent en quasi permanence et je n’aurai pas le temps. J’ai un Facebook pour donner mes informations de temps en temps mais je préfère privilégier ma famille.

Vous êtes à l’antenne tous les midis depuis des années, et maintenant tous les soirs. Vous avez quand même le temps de prendre quelques vacances ?

Je vais m’accorder quelques week-end de trois jours de repos pour retrouver ma famille. Je vais diviser mes semaines en quatre jours de travail et trois jours de repos.

Un grand merci à Jean-Luc Reichman pour sa gentillesse et sa disponibilité. « Au pied du mur », à partir de ce lundi 9 juillet dès 19h05 sur TF1.

Propos recueillis par Céline Sanchez. Ne peuvent être repris sans citer Stars-Actu.fr

Aucun vote actuellement

Notez cet article

LIENS SPONSORISES