Philippe Lançon raconte l’attentat de « Charlie Hebdo »


Une semaine après la tuerie qui a endeuillé la rédaction de Charlie Hebdo, Philippe Lançon a témoigné longuement dans les colonnes de Libération.

Blessé à la mâchoire lors de la fusillade des frères Kouachi, Philippe Lançon se souvient de ce mercredi 7 janvier. La conférence de rédaction avec ses amis Cabu, Charb, ou encore Wolinski, et le drame quand il les a vu mourir sous le coup des balles, à ses côtés.


ANNONCES

Charlie Hebdo : le dernier dessin prémonitoire de Charb
Charlie Hebdo : le dernier dessin prémonitoire de Charb

« Nous étions tous là parce que nous étions libres, ou voulions l’être le plus possible, parce qu’on voulait rire et nous affronter sur tout, à propos de tout, une petite équipe homérique et carnassière, et c’est justement cela que les hommes en noir, ces sinistres ninjas, ont voulu tuer. » a expliqué Philippe Lançon.

« Je pensais à Bernard, à Cabu, aux autres dans mon étroit champ de vision, tous morts, et je me demandais, sans connaître évidemment l’état de mes blessures, à quoi tient la vie, la mort. (…) Moi, j’ai fait le mort en pensant que peut-être je l’étais ou le serais bientôt. »


ANNONCES

« A Charlie, jamais les conférences du mercredi matin n’avaient été aussi vivantes, joyeuses, agressives, excitées. Il y existe une extraordinaire tradition de l’engueulade qui gonfle, qui gonfle, et que dégonflait soudain une blague, généralement de Charb, de Luz ou de Wolinski. » se souvient le journaliste de Libération et chroniqueur à Charlie Hebdo.

« Il se trouve que pendant cette dernière conférence ce furent justement les jihadistes français dont on parla. Tignous ne les justifiait absolument pas, mais, en vrai gars de la banlieue, en rescapé de la pauvreté, il se demandait ce que la France avait vraiment fait pour éviter de créer ces monstres furieux et il piqua une formidable et sensible gueulante en faveur des nouveaux misérables. »

Un témoignage bouleversant à lire en entier dans Libération et sur le site internet du journal.

Aucun vote actuellement

Notez cet article

LIENS SPONSORISES