Charles Aznavour : « Aidez les Chrétiens d’Irak » !



0
(0)

En cette matinée du 25 Août, Europe 1 recevait Charles Aznavour à 7h45. Tout de suite voici un petit condensé de ses principales déclarations.


Annonces

Vous êtes préoccupé par le sort des chrétiens et des minorités en Irak et en Syrie…

« Il n’y a pas que les chrétiens ! Il y a aussi les musulmans ! N’oublions pas que les kurdes sont musulmans : ils sont massacrés par les mêmes gens. Je suis préoccupé par cette population qui est massacrable ! Je suis sorti de mon silence il y a longtemps mais personne n’écoute, ne répond. »

Que peut-on faire ?


Annonces

« Mais aidez-les ! Prenez-en un chez vous ! Aidez-les à rentrer quelque part ! Trouvez-leur un appartement ! »

Vous en avez les moyens, pas forcément tous ceux qui nous écoutent…

« Ils ont qu’à insister, comme moi ! A force d’insister, la politique est obligée de suivre ! »

Dans une tribune cet été, vous avez proposé de repeupler ainsi des villages de France…

« Oui, et ces villages ont besoin d’être repeuplés ! La mairie existe toujours, la Poste, l’Eglise est vide… On ne peut pas vivre comme ça, en égoïste ! Il faut faire quelque chose ! »

Vous vous souvenez de la phrase de Rocard sur la misère du monde…

« Il a parfaitement raison mais ce n’est pas toute la misère du monde mais UNE misère du monde ! Elle est immédiate, on en a besoin maintenant ! »

40 chrétiens d’Irak sont arrivés en France jeudi, L.Fabius a dit qu’on pourrait en accueillir quelques centaines ou quelques milliers… Vous applaudissez ou vous appelez à passer à la vitesse supérieure ?

« Non, j’applaudis ! Quand on commence à faire ce genre de choses, si M. Fabius l’a fait, il ne va pas en rester là ! Ce n’est pas un coup politique ! Je pense qu’il l’a fait du fond du cœur ! 40 familles, c’est formidable. Ils veulent s’installer quelque part où ils peuvent aider leurs enfants, les nourrir, travailler, vivre décemment. »

aznavour-europe1


Annonces

La communauté internationale ne doit-elle pas d’abord les protéger là-bas ?

« Oui, mais il faudrait des armes, les armer, des bombes, et là ils ne veulent pas le faire ! La France donne des armes mais elle n’envoie pas une armée ! Ils peuvent venir ici, se faire une vie décente, et gagner suffisamment d’argent pour rentrer dans leur pays une fois libéré, et peut-être reconstruire chez eux. Je ne dis pas qu’il faut les garder ad vitam aeternam, mais pour les aider au départ à vivre une existence décente et élever leurs enfants. »

Les Nations Unies jouent-elles leur rôle dans ce conflit ?

« Je ne sais pas. Je ne me préoccupe pas de cela. Je vais direct vers l’humanitaire, moi. »

Il faut essayer de discuter avec les djihadistes ?

« Non ! On ne discute pas avec des étrangleurs ! On fait comme eux : vous égorgez, on égorge ! Œil pour œil, dent pour dent ! »

Il faut une guerre frontale avec l’Etat islamiste ?

« Je ne sais pas ! C’est à la politique de décider ! Il faut déjà, pour commencer, apprendre à ces jeunes gens qui veulent partir pour le jihad que le jihad va les tuer eux, leur futur ! Ils n’auront pas d’enfants, ils n’auront rien du tout ! »

Quel regard portez-vous sur ce monde qui s’enflamme ?

« Je n’ai pas peur ! Quand nous serons acculés au dernier mur, on va commencer à bouger quand même ! On ne va pas tarder à être acculés au dernier mur, les affaires ne vont pas très bien en France… »

Comment jugez-vous François Hollande ?

« Je commence à penser qu’on dit trop de mal de nos dirigeants, au lieu de les aider on les abats ! J’aime bien le Président d’aujourd’hui, contrairement à ce qu’on pourrait dire ! Je l’ai rencontré pendant 48h, j’ai été conquis par le personnage ! Il n’est peut-être pas totalement bien conseillé, je l’ignore, je ne connais ses conseillers… »

Vous pourriez le conseiller ?

« Je pourrais le conseiller pour son image, pas pour autre chose. Politiquement, ce n’est pas mon métier, pas mon point de vue. »

Que lui diriez-vous ?

« Rien du tout, c’est déjà assez prétentieux tout ce que je vous raconte… »

Vous comprenez le rejet de la politique, des politiques ?

« Le rejet, c’est très gentil mais ils n’ont qu’à aller voter ! C’est trop facile ! Allez voter ! »

Comment vous gérez le temps qu’il reste ?

« Je ne sais pas combien il y en a, d’abord ! Mais je n’ai pas peur de la mort ! J’ai peur de mourir mais je n’ai pas peur de la mort ! La différence n’est pas grande mais elle est d’importance ! Mourir ? Ca dépend comment on meurt ! »

Qu’écririez-vous pour votre hommage ?

« Je ne sais pas, je m’en fous ! »

Quelle épitaphe ?

« Les vers se vengent ! »

Avec quel jeune artiste feriez-vous un duo ?

« Je viens de faire un duo avec Zaz que j’aime beaucoup ! Quand je veux quelqu’un, je vais le chercher ! J’aimerais bien avec Stromae ! On dit à tort que c’est le nouveau Brel : il n’y a pas de nouveau Brel, pas de nouveau Brassens, pas de nouveau Trenet, il n’y aura pas de nouveau Aznavour ! C’est Stromae ! C’est très bien, j’ai été accroché tout de suite ! Avec Formidable ! Zaz, je l’ai entendue une fois, j’ai été accroché tout de suite ! »

Que chantez-vous sous la douche ?

« Je prends des bains ! Ça change tout ! Je ne chante pas, je répète le prochain tour de chant, le 13 septembre à Los Angeles ! Je répète mes chansons en anglais ! »

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note

Liens sponsorisés


Annonces


Annonces