Marion Cotillard en course pour l’Oscar


La talentueuse Marion Cotillard est en course pour remporter pour la seconde fois l’Oscar de la Meilleure actrice lors de la cérémonie qui se déroulera le 22 février prochain.

En effet, la française est nominée pour son rôle dans le film des frères Dardenne « Deux jours, une nuit », film qui lui a récemment valu d’être désignée Meilleure actrice par la Société nationale américaine des critiques de cinéma.


ANNONCES

Crédits : PR Photos
Crédits : PR Photos

« Comment s’attendre à être nominée pour un film belge en français ? » s’est interrogé Marion Cotillard, très étonnée par sa nomination, dans une interview pour USA Today.

« C’est vraiment inattendu. Je suis en état de choc. Je l’ai découvert ce matin par la sonnerie du téléphone dans ma chambre où je dormais tranquillement. C’est un mélange de choc et de joie extrême » a-t-elle confié.


ANNONCES

« Je suis encore plus heureuse parce que le film vient de sortir aux Etats-Unis et l’attention qu’il a obtenu de la critique m’a rendu très heureuse. (…) Aujourd’hui cette nomination, c’est fou. »

Rappelons que Marion Cotillard a déjà reçu l’Oscar de la Meilleure actrice en 2007 pour son interprétation d’Edith Piaf dans « La vie en rose ».

Rappel du synopsis du film « Deux jours, une nuit » : Sandra, modeste employée d’une entreprise de panneaux solaires, arrive au terme d’un long arrêt de maladie pour dépression. Son patron, qui a réorganisé l’usine en distribuant le travail de Sandra aux autres employés, soumet ceux-ci à un dilemme : ils devront choisir entre conserver leur prime de 1000 euros ou permettre le maintien de l’emploi de Sandra en perdant la prime. Un premier vote défavorable à Sandra, sous influence du contremaître Jean-Marc, est contesté par une employée, Juliette, qui obtient de son patron le vendredi soir qu’il organise un autre vote dès le lundi matin.

Juliette réussit à convaincre Sandra de se mettre en marche, pendant les deux jours et la nuit du week-end, pour aller convaincre une majorité de ses seize collègues de voter en sa faveur en changeant d’avis. Lors d’un fastidieux et répétitif porte à porte, frappée de doutes, de honte misérabiliste et de désespoir, elle va rencontrer un à un ses collègues au destin aussi fragile que le sien et se heurter à leur refus souvent, à leur hésitation toujours, à la violence de certains, ou bénéficier de leur revirement parfois. Finalement perdante de justesse au vote, elle retrouve vigueur et espoir de vie de s’être battue de la sorte et d’avoir réveillé chez certains le sens de la solidarité, enfoui sous l’égoïsme matérialiste. Sur le point de trouver une issue positive à son inquiétant destin, elle sera amenée à assumer à son tour avec une fierté retrouvée son propre choix de solidarité.

Aucun vote actuellement

Notez cet article

LIENS SPONSORISES