Rihanna en guerre contre Snapchat

La chanteuse Rihanna est entrée en guerre contre la plateforme de réseau social Snapchat, appelant ses fans à ne plus l’utiliser car selon elle, ils humilient les victimes de violences conjugales.

Le patron de Snapchat, Evan Spiegel, et ses partenaires ont reçu de vives critiques au cours du week-end dernier suite à une publicité de mauvais goût dans laquelle ils se moquent de l’agression dont a été victime Rihanna en 2009 par son petit ami de l’époque, Chris Brown.

Rihanna en guerre contre SnapChat
Crédits : PR Photos

Dans cette publicité rapidement supprimée et pour laquelle ils se sont excusés, Snapchat demandait aux utilisateurs s’ils préféraient « gifler Rihanna ou donner un coup de poing à Chris Brown ». Les patrons de la plateforme ont depuis expliqué avoir publié cette pub par erreur mais ça n’a pas convaincu Rihanna…

« L’annonce a été examinée et approuvée par erreur, car elle enfreint nos consignes de publicité », a déclaré lundi un représentant à la BBC. « Nous avons immédiatement retiré la publicité le week-end dernier dès que nous en avons pris conscience. Nous sommes désolés que cela soit arrivé. »

Mais Rihanna est en colère et veut mettre l’entreprise à terre.

« J’adorerais appeler cela de l’ignorance, mais je sais que vous n’êtes pas si bête », a écrit la chanteuse sur son compte Instagram. « Vous avez dépensé de l’argent pour animer quelque chose qui humilie intentionnellement les victimes de violence conjugale et en avez fait une blague !!! »

« Cela ne concerne pas mes sentiments personnels, parce que je n’en ai pas beaucoup… mais toutes les femmes, les enfants et les hommes qui ont été victimes de violences dans le passé et surtout ceux qui ne s’en sont pas encore sorti… vous les laissez tomber! Honte à vous » a expliqué Rihanna à l’encontre de Snapchat, terminant son message en demandant à ses fans de ne plus utiliser l’application.

Rihanna n’est pas la seule célébrité à viser Snapchat ces dernières semaines. Kylie Jenner a elle aussi critiqué le réseau social et les actions de la société avaient chutées de 6,1%, après son tweet.

5/5 (4)

Notez cet article