Le jour où j’ai brûlé mon coeur, à découvrir le 5 novembre sur TF1 (vidéo)

Pour dire STOP au harcèlement scolaire, TF1 diffusera le 5 novembre prochain à partir de 21 heures, le téléfilm événement « Le jour où j’ai brûlé mon coeur ». Inspirée d’une histoire vraie, cette fiction inédite relate le destin de Jonathan Destin, un ado de 16 ans qui a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu… Et c’est pendant qu’il sera dans le coma que ses parents vont apprendre avec stupéfaction que leur fils était harcelé par ses camarades du lycée. Une profonde remise en question pour le corps enseignement et le début du compte à rebours pour les harceleurs.

Le jour où j’ai brûlé mon coeur est une adaptation du roman « Condamné à me tuer » de Jonathan Destin (XO Editions)

Le jour où j'ai brûlé mon coeur

Le jour où j’ai brûlé mon coeur : casting

Avec dans les rôles principaux Michaël Youn (Patrick Demarescau), Camille Chamoux (Sabine Destin), Clément Manuel (Laurent Destin), Sarah Stern (Marie Demarescau), Camille Aguilar (Camille Destin), Manon Bresch (Clara), Martin Daquin (Jonathan Destin)…

Juste après le documentaire, « Harcèlement scolaire : le calvaire de Jonathan »

Ce téléfilm en deux parties sera suivi dès 23 heures du documentaire inédit: « Harcèlement scolaire : le calvaire de Jonathan » de Wandrille Lanos.

C’est l’histoire d’un adolescent discret qui a caché sa souffrance pendant six ans. De 10 à 16 ans, Jonathan Destin a vécu un calvaire à l’école, dans les deux collèges et dans le lycée professionnel qu’il a fréquentés. Dans chaque établissement, des moqueries, des insultes, des brimades, des coups. A bout, à l’âge de 16 ans, il tente de mettre fin à ses jours en s’immolant.
Le documentaire de 52 minutes, réalisé par Wandrille Lanos et produit par l’agence CAPA, revient sur l’histoire de Jonathan Destin et donne la parole à celui qui commence à peine à refaire sa vie, à 23 ans aujourd’hui. Il livre un témoignage cru sur l’horreur qu’il a vécue. Ses proches donnent un éclairage inédit sur le silence dans lequel Jonathan Destin s’est enfermé pendant toute son adolescence.

En France, on estime qu’un élève sur dix est victime de harcèlement. Un chiffre probablement en-deçà de la réalité : les victimes parlent difficilement. D’autre part, la loi contre le harcèlement scolaire date de 2014 et il y a peu de recul sur son efficacité. Dans la plupart des cas, les victimes sont seules face à leurs bourreaux. A travers les histoires de Jonathan, de Kiera et de Christopher, le documentaire montre que l’Education nationale, si elle a mis en place des campagnes d’information depuis quelques années, ne sait pas toujours comment accompagner les victimes ou punir les auteurs.

L’histoire de Jonathan Destin, c’est aussi l’histoire d’une renaissance. Aujourd’hui, après 7 années de convalescence, une vingtaine d’opérations et de greffes, Jonathan Destin tente de se reconstruire. Pour la première fois, il retourne dans un collège pour partager son expérience et sensibiliser des professeurs à ce qui est devenu sa cause. L’histoire dure mais nécessaire d’un jeune homme qui s’est tu trop longtemps, et qui prend la parole aujourd’hui pour combattre le harcèlement scolaire.

A propos du harcèlement scolaire

«Non au harcèlement : quatrième journée nationale de lutte

Ce jeudi 8 novembre, le ministère de l’Education nationale organise sa quatrième journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire à l’école. Instaurée en 2015 par Najat Vallaud-Belkacem, cette campagne a plusieurs objectifs : la sensibilisation du grand public, la formation des professionnels pour permettre une détection précoce des situations, une meilleure prise en charge des victimes et des groupes d’élèves impliqués et une prévention au service de l’amélioration du climat scolaire.
Puni par la loi, le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique.

Quelques chiffres à retenir :

700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire, dont la moitié de manière sévère, soit 5 à 6% des élèves au total (les enquêtes de victimation, universitaires, DEPP 2011 – 2013-2015)
55 828 sollicitations et 14 445 appels ont été traités via le numéro vert 3020
55% des élèves en situation de harcèlement sont touchés par la cyberviolence (source : Centre Hubertine Auclert )

Que faire ?

Elèves, parents, professionnels appelez le n° vert «Non au harcèlement» au 3020.
Si le harcèlement a lieu sur internet, joignez le n° vert «Net écoute» au 0800 200 000.

Vidéo

Découvrez le teaser vidéo de ce téléfilm événement

Vidéo également visible sur le compte Twitter de TF1

4.63/5 (35)

Notez cet article