Plus belle la vie : une actrice victime de harcèlement sexuel


Plus belle la vie, infos acteurs personnages – Les mouvements #MeToo aux Etats-Unis et #BalanceTonPorc en France n’ont pas fini de faire parler des femmes qui jusqu’ici avaient tristement choisi de garder le silence…

Maintenant, c’est l’industrie du cinéma en Afrique qui commence à lever le voile sur le harcèlement sexuel. Et une actrice de la série de France 3 « Plus belle la vie » a confié en avoir elle-même été victime…

Plus belle la vie : une actrice victime de harcèlement sexuel
Capture C8

Il s’agit de Nadège Beausson-Diagne, qui a longtemps incarné la commissaire Sara Douala dans le feuilleton quotidien marseillais avant d’être chroniqueuse de Cyril Hanouna dans « Touche pas à mon poste ».

L’actrice, que l’on a vu également au cinéma dans des films comme « Rien à déclarer » ou « Podium », a expliqué qu’un réalisateur avait tenté de la violer avant de la harceler…

« Il m’a isolée de l’équipe technique, a interdit à tout le monde de me parler, a coupé certaines de mes scènes au montage, a menacé de bloquer mes billets d’avion… Je le suspecte même d’avoir cherché à m’intoxiquer. Et ce réalisateur, qui n’a jamais été inquiété, est actuellement présent sur le festival » a-t-elle confié lors d’une table ronde au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, au Burkina Faso.

Nadège Beausson-Diagne a ensuite pris la parole sur son compte du réseau social Instagram : « Il est temps que je parle . Je n ai pas pu le faire avant les mots étaient trop douloureux. Il y a eu #metoo et #balancetonporc . Depuis hier avec #memepaspeur j’ai raconté que moi aussi j ai été victime de harcèlement sexuel et d agression sexuelle sur deux tournages en Afrique. »

« C’était il y a très longtemps. La douleur a été engloutie. Aujourd’hui je suis prête à parler pour aider à libérer cette parole et récupérer ma vie. » a-t-elle poursuivi. « Je n ai plus peur. Je veux que mes drames servent à aider ceux qui ont encore les mots coincés dans leur douleur. Je rappelle que ce sont des crimes passibles de prison. »

Voir cette publication sur Instagram

Il est temps que je parle . Je n ai pas pu le faire avant les mots étaient trop douloureux. Il y a eu #metoo et #balancetonporc . Depuis hier avec #memepaspeur j’ai raconté que moi aussi j ai été victime de harcèlement sexuel et d agression sexuelle sur deux tournages en Afrique. C’était il y a très longtemps. La douleur a été engloutie. Aujourd’hui je suis prête à parler pour aider à libérer cette parole et récupérer ma vie. Je suis une resiliente. Je vais mettre en place une plateforme d ‘écoute pour que les jeunes femmes et jeunes hommes qui subissent ça ne se sentent plus jamais seuls . La reconstruction ne peut se faire qu’en libérant cette parole. Je vais travailler pour mettre en place une charte pour les tournages en Afrique. La peur doit changer de camps . Je n ai plus peur. Je veux que mes drames servent à aider ceux qui ont encore les mots coincés dans leur douleur. Je rappelle que ce sont des crimes passibles de prison. Ne faisons plus comme si ils n existaient pas! Merci au collectif des cinéastes non alignées pour cette table ronde sur la place des femmes dans le cinéma africain. Merci à mon mari @geoffroytekeyan mes amies et sœurs #hortenseassaga @aissamaiga @huguettemalamba pour leur soutien et amour indéfectibles. Il y a eu #metoo aux USA #balancetonporc en France il y a désormais #memepaspeur en Afrique. #actress #metoo #balancetonporc #memepaspeur #harcelementsexuel #agressionsexuelle #resilience #freespeech #ivorycoast #senegal #cotesdarmor #womanempowerment #warrior #cineastesnonalignees #fespaco2019 #nadegebeaussondiagne photo #hortenseassaga #nofilter #picoftheday #blackbeauty #blackgirlmagic #sorority

Une publication partagée par Nadege Beausson -Diagne (@nadegebeaussondiagne) le

4.55/5 (42)

Notez cet article