Orelsan : vers une relaxe ?



0
(0)
©Wagram Music

Annonces

Aujourd’hui le rappeur Orelsan était jugé pour «provocation au crime» devant le tribunal correctionnel de Paris. En 2009 il avait déclenché une énorme polémique avec «Sale Pute», un titre uniquement présent sur des sites de partages vidéo.


Annonces

Considéré comme un appel à la violence envers les femmes, ce morceau lui avait valu une plainte de l’Association « Ni putes ni soumises » et une déprogrammation des Francofolies de la Rochelle.

La secrétaire d’Etat à la solidarité Valérie Létard était elle aussi montée au créneau en déclarant « ce texte est une véritable incitation à la haine, à la violence voire au meurtre envers les femmes(…) Les mots employés sont discriminants et ignobles».

Pour mieux comprendre cette levée de boucliers, voici quelques extraits de ce titre qui  a tant fait parler de lui…


Annonces

« je croyais que tu étais différente des autres pétasses (…) je déteste les petites p***s genre Paris Hilton, les meuf qui suc*** des queues de la taille de celle de  »Lexington » (…) Je te déteste, je veux que tu crèves lentement (…) je veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l’enfant (…) On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée (…) Tu n’es juste qu’une truie, tu mérites ta place à l’abattoir (…) On verra comment tu s**** quand je te déboîterais la mâchoire».

Aujourd’hui, via le compte twitter de la journaliste de l’Express Julie Saulnier,  on a appris en début de soirée que le procureur avait réclamé la relaxe du rappeur estimant que l’on se trompait d’ennemi Le jugement a été mis en délibéré au 12 juin.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note

Liens sponsorisés


Annonces


Annonces