Bernadette Chirac : Ses confidences sur Valérie Trierweiler, Nicolas Sarkozy [VIDEO]



0
(0)
Capture d'écran Europe 1 by Dailymotion
Capture d’écran Europe 1 by Dailymotion

Annonces

Ce matin à 7h45 dans « Europe 1 Matin, » Thomas Sotto recevait Bernadette Chirac, conseillère générale de Corrèze, présidente de la Fondation Claude Pompidou et épouse de l’ancien Président Jacques Chirac.


Annonces

Elle s’est exprimée notamment sur l’opération des pièces jaunes, Valérie Trierweiler, le statut de Première Dame, l’action politique de François Hollande, l’état de santé de Jacques Chirac et le retour de Nicolas Sarkozy en politique.

Et selon l’ex Première Dame de France, Valérie Trierweiler est aujourd’hui une femme triste. Quant à la candidature de Nicolas Sarkozy, elle y croit dur comme fer.

Tout de suite, une compilation de ses principales déclarations.


Annonces

Vous serez à Marseille tout à l’heure pour les Pièces Jaunes. En 25 ans, 8.000 projets dans 444 villes… De quoi êtes-vous la plus fière ?

« Nos objectifs sont assez variés mais je veux quand même dire que le premier objectif, celui auquel j’attache beaucoup d’importance, c’est le rapprochement des familles. Un petit enfant qui rentre à l’hopital a peur en général, à moins d’avoir l’habitude d’y aller pour un soin particulier. S’il est soigné à l’hopital pour un certain temps, il est très préférable que les parents – ou un des deux parents – puissent dormir à proximité. Avec les Pièces Jaunes, nous refaisons des chambres, abattons des cloisons, on fait des salles d’eau plus importantes, un canapé lit, un lit contre le mur, ou, quand on a la place, on construit dans la cour de l’hopital des petites maisons pour permettre à des familles de s’installer le temps de l’hospitalisation. C’est une chose dont je suis fière et que je veux continuer à réaliser : je suis beaucoup dans les hôpitaux et j’ai trouvé tellement triste ces enfants tellement terrifiés de voir leurs mamans s’en aller au bout du couloir, sans savoir où elles vont… Les infirmières sont magnifiques, extrêmement humaines, gentilles et compétentes, mais le visage du père ou d’une mère, ça compte. »

Comment expliquez-vous le succès des Pièces Jaunes ?

« Ce qui est surtout extraordinaire et je tiens à le dire, ça a été une très belle surprise pour mon équipe : la collecte de 2013 est supérieure à celles de 2010 et de 2011. La crise est très sévère mais les Français sont très généreux quand on sait faire appel à eux, quand on leur parle de la souffrance d’un enfant, une maladie terrible mais qu’on va peut-être guérir quand même. Ils font cet effort : c’est magnifique, particulièrement en ce moment compte tenu de la crise. »

Depuis deux semaines, la France s’inquiète de la santé de Valérie Trierweiler et les Français attendent une clarification sur la situation personnelle du chef de l’Etat. Quel regard portez-vous sur ce moment tellement particulier et inédit de la vie politique française ?

« Ecoutez… Le Président de la République François Hollande a dit lui-même que les choses privées doivent être réglées en privé. Par conséquent, ça ne me regarde pas, les commentaires ou non-commentaires… J’espère beaucoup que c’est seulement un moment de fatigue… Vous savez, c’est assez dur : j’ai aimé ça au-delà, mais j’ai eu la chance d’être 18 ans la femme du maire de Paris, 4 ans la femme du Premier ministre, 10 ans la femme d’un ministre et la femme du Président dans deux mandats. Evidemment, quand on a l’entraînement, c’est certainement moins difficile ! Elle-même me l’a dit ! « Vous avez de la chance » m’a t-elle dit. Elle m’avait très gentiment invitée à l’Elysée, au début où ils étaient dans ce palais. Je ne lui ai pas donné de conseils, mais elle m’a demandé différentes petites choses. C’est sûr que quand on a un peu d’expérience, c’est plus facile. »

Vous l’avez eu au téléphone ?

« Récemment ? Non. Je ne veux pas être indiscrète. Je trouve qu’il ne faut pas aller au-delà… On ne sait pas… Elle est probablement très fatiguée ; elle n’est pas sûrement à l’hôpital pendant 8 jours sans raison mais je lui ai écrit un petit mot. Je lui ai dit que j’entendais ces nouvelles données par les journalistes et que je ne prenais part à sa tristesse. Je pense qu’elle est triste, c’est ce qui transparait dans les nouvelles qu’on nous donne. Que je pense à elle, que certainement tout va s’arranger très vite. »

Vous l’avez lu, ce numéro de Closer ?

« Non. Je ne lis pas Closer, excusez-moi. »

Vous savez ce qu’il y a dedans, on en a beaucoup parlé…

(Elle interrompt.) « Trop ! Je trouve : trop ! C’est indécent ! »

Vous connaissez bien François Hollande, vous l’avez décrit en mars 2012 comme un « homme courtois mais qui n’a pas le gabarit » du Président. Un an et demi plus tard, quel regard portez-vous sur lui ?

« Il a changé. De ce que j’entends, ce que je vois, il me semble qu’il a beaucoup changé. »

Il a le gabarit aujourd’hui ?

« Mais oui ! »

La première dame de France doit aujourd’hui avoir un statut ?

« Non. Un secrétariat, oui, tout de même, il y a un minimum. On reçoit un très volumineux courrier à l’Elysée. Mais le statut, c’est ridicule, excusez-moi. C’est le Président de la République qui est élu par les Françaises et les Français. S’il a une femme, tant mieux ; elle doit apprendre à être disponible pour tous les Français et les Françaises. Evidemment, je me suis orientée vers l’humanitaire et je préside deux fondations, Claude Pompidou et Hopitaux de Paris, Hopitaux de France, et j’ai gardé mes mandats éléctoraux. Ca aide ! Parce que c’est toujours l’être humain qui est au milieu. Mais quand on a des expériences multiples, il me semble que c’est peut-être plus facile d’être utile. Il faut être utile aux Français. »

Vous êtes allée voir François Hollande il y a quelques temps : vous êtes très fâchée, il veut supprimer votre canton…

« Oui, je ne sais pas si c’est vraiment lui, hein… »

Si la carte est maintenue, ce canton n’existera plus. Ca veut dire que, pour vous, aux prochaines éléctions, vous ne vous représenterez plus ?

« Ah, c’est une question très difficile et que je ne peux pas expliquer ici. Ma décision variera selon le résultat qui va nous être communiqué par le Préfet de Corrèze et le Président du Conseil Général le 24. Nous avons une séance très importante : on va nous présenter la grande carte de la Corrèze déroulée avec les nouveaux tracés des cantons décidés par le ministère de l’Intérieur. »

Si le canton de Corrèze est maintenu, vous serez encore candidate en 2015 ?

« Je pense que oui, si ma santé me le permet. Pour le moment, je suis en très bonne santé, j’ai bien l’intention de continuer à travailler parce que j’aime ça. »

Quel regard porte Jacques Chirac sur toute cette actualité, sur les frasques de Hollande ? Ca l’amuse, il vous en parle ?

« Mais non ! Bien sûr que non ! Heureusement qu’on a d’autres sujets de conversation intéressants. Puis vous savez, les frasques, les frasques… C’est facile de dire les frasques : au fond, on n’en sait rien ! »

On a reçu sur Europe 1 votre gendre après l’intervention que Jacques Chirac a subi aux reins. Il a dit : « Il grogne, donc c’est qu’il va bien… »

« Oui, d’une manière générale, il grogne pas mal ! »

Il a dit également que l’ancien Président avait quelques absences… C’est ça, son quotidien aujourd’hui ? Des moments où ça va…

« Oui, par moments, il est gêné par sa mémoire. D’où la nécessité de lire et de recevoir des visites. Il en reçoit beaucoup à ses bureaux rue de Lille. Des visiteurs gentils et généreux, qui lui parlent des sujets qui l’intéressent, ou de l’actualité, ou de livres lus récemment. Des sujets qui l’intéressent et qui intéressent les deux interlocuteurs. »

Jacques Chirac souffre d’une forme de la maladie d’Alzheimer ?

« Honnêtement je ne le crois pas et j’espère que cette épreuve de nous sera pas infligée. Mais je ne le crois : j’ai discuté avec beaucoup de médecins. Dans le milieu dans lequel je vis, dans les hopitaux et en dehors des hopitaux, c’est un sujet qui est très souvent évoqué. Il n’a pas vraiment les symptômes mais c’est vrai qu’il a une petite baisse de sa mémoire, surtout par moments. C’est très variable. »

Il reconnait tous ses visiteurs ?

« Oh oui, ça oui. »

Prendra t-il encore la parole publiquement ?

« Je ne le crois pas. Je ne crois pas qu’il le souhaite. »

Un sujet vous sépare de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy…

« Pourquoi séparés ? Qu’est-ce que c’est que cette séparation ? »

Il a eu des relations plus orageuses avec lui…

« Quand ? »

C’est une légende ?

« Quand ? »

C’est une légende ?

« Quand ? »

Il n’a jamais été fâché avec Nicolas Sarkozy ?

« Non. »

Selon vous, Nicolas Sarkozy reviendra ? Il sera candidat ?

« Ca, je l’espère ! »

C’est le seul à droite pour vous ?

« Pour moi, oui ! »

Il vous a dit qu’il reviendrait ?

« Ah, mais j’ai interdiction de le dire ! »

Il vous l’a dit ?

« Je vous dis… Il va me gronder, hein ! »

Je ne vous demande pas de me dire ce qu’il vous a dit mais s’il vous l’a dit…

« Ca revient au même ! »

On comprend que la réponse est oui…


Bernadette Chirac : "Je pense que Valérie… par Europe1fr

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note

Liens sponsorisés


Annonces


Annonces