Dylan Farrow réitère ses accusations contre Woody Allen



0
(0)

Si vous avez bonne mémoire, vous vous souvenez probablement des accusations que Dylan Farrow a déjà porté contre Woody Allen, son père adoptif. Selon ses dires il l’aurait agressée sexuellement alors qu’elle n’était âgée que de 7 ans.

De très graves accusations qu’il a toujours nié… Un rapport médical de 1992 lui avait d’ailleurs donné raison. Il avait permis l’abandon des charges qui pesaient contre lui, les experts en étant arrivés à la conclusion que la jeune femme était une affabulatrice et n’avait jamais été abusée

Crédits : PR Photos

Sauf qu’aujourd’hui, elle repasse à l’offensive ! Invitée de l’émission « This Morning » de la chaîne américaine CBS, elle a réitéré ses accusations en déclarant : « Il m’a emmenée dans un petit grenier. Il m’a demandé de m’allonger sur le ventre et de jouer avec le petit train de mon frère qui était installé là. Et pendant que je jouais avec le train, j’ai été sexuellement agressée »

Puis de préciser : « J’aimais mon père. Je le respectais. C’était mon héros. Mais cela ne change évidemment en rien ce qu’il a fait. Mais ça rend la trahison et la douleur encore plus intenses ».

Comme il l’a toujours fait, Woody Allen a immédiatement répliqué. Restant sur ses positions, il a de nouveau catégoriquement nié les dires de sa fille se retranchant derrière le résultat des enquêtes menées par le passé.

Et si face à ces accusations répétées certains ont tourné le dos à Woody Allen, ce dernier a pu aussi compter sur des soutiens. Ce fut notamment le cas de Moses Farrow, son fils adoptif.

A plusieurs reprise il a laissé sous-entendre que tout ça n’était que manipulation de la part de sa mère adoptive dont il était pourtant très proche.

Après que ses parents se soient séparés, il a plusieurs fois déclaré qu’elle avait tout fait pour monter ses 3 enfants contre lui histoire de lui faire payer ses infidélités et notamment son histoire avec Soon-Yi.

« Ma mère a réussi à créer une atmosphère de peur et de haine envers lui » avait-il déclaré en 2014 avant de l’accuser d’avoir essayé de lui fabriquer de faux souvenirs.

Et de dresser le portrait d’une femme colérique et autoritaire avec ses enfants ayant trompé son public en faisant croire que tout se passait bien dans son ménage.

Quant au jour de l’agression sexuelle présumée, Moses s’est montré catégorique : elle n’a pas pu avoir lieu. « Il y avait six ou sept d’entre nous dans la maison . Nous étions tous dans les espaces communs et personne, ni mon père ni ma sœur, ne se trouvait à l’écart dans un espace privé »

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note


Annonces