« L’exode » : un documentaire inédit ce soir sur France 3



4.8
(24)

Annonces

« L’exode » est un documentaire inédit à découvrir ce soir sur France 3. Réalisé par Emmanuelle Nobécourt avec la collaboration de Bertrand Collard, il sera diffusé ce soir dès 21h05 sur la chaîne ou en streaming vidéo, avant-première puis replay sur France.TV


Annonces

« L'exode » : un documentaire inédit ce soir sur France 3
« L’exode » : un documentaire inédit ce soir sur France 3

Annonces


Annonces

« L’exode » en quelques mots

Imaginez un pays brutalement bouleversé par la guerre. Imaginez tout quitter pour échapper à la mort. Imaginez un peuple entier livré à lui-même. Imaginez la peur, la détresse, la faim. Le gouvernement a déserté. Il n’y a plus d’Etat, plus de banques, plus de médecins, ni police, ni pompiers. Il n’y a plus rien à manger, plus rien à vendre, il ne reste que la survie…Ce pays, c’est la France en 1940. Ce printemps-là, près de dix millions de personnes, se sont jetées sur les routes pour fuir l’armée allemande.

Un déplacement de population qui a pris de telles proportions, qu’un seul mot s’est imposé pour le nommer : l’Exode.

Note d’intention des auteurs

Emmanuelle Nobécourt


Annonces

L’exode de 1940 est l’un des mouvements de masse parmi les plus importants du XXe siècle. Ce printemps-là, plus de 10 millions de Français, de Belges, de Luxembourgeois et de Néerlandais vont se jeter sur les routes, terrifiés par l’irrésistible avancée des troupes allemandes. Un véritable fleuve humain se forme d’abord dans le nord et l’est de la France, puis déferle sur l’ensemble du pays dans un sauve-qui-peut généralisé.

Cette marée de fugitifs, terrifiée, harassée par la chaleur et le ventre vide va se retrouver livrée à elle-même, sur les routes pilonnées par l’aviation ennemie, tandis que le pouvoir s’effondre. C’est ce phénomène irrationnel de migration de masse, qui résonne étrangement avec l’actualité, que le film restitue, au-delà des non-dits de l’histoire officielle. Car l’exode de 1940 fait partie des plaies mal cicatrisées de notre mémoire nationale. Symbole de la défaite, ce passé encombrant est longtemps resté tabou, alors que des millions de nos contemporains et leurs familles ont gardé dans leurs mémoires cet épisode douloureux de notre histoire.

Le film nous plonge au cœur même de cette tragédie, grâce à de nombreux témoignages : ceux des survivants ; qui étaient enfants à l’époque, mais aussi ceux qui nous sont parvenus de centaines d’hommes et de femmes anonymes ou célèbres comme Benoîte Groult, Antoine de Saint-Exupéry ou Jean Moulin. Ces différents récits se tissent et se répondent, soutenus par des images d’archives en grande partie méconnues et colorisées. Une narration chorale qui reconstitue toutes les étapes du drame au plus près des émotions.

Ces histoires individuelles racontent une grande histoire collective à travers l’enchaînement des événements qui ont provoqué ce cataclysme. Pour la première fois, cette tragédie de l’exode est évoquée dans l’ensemble de ses dimensions : humaine, militaire, politique, économique et sociale. Et ses aspects les plus troubles, longtemps demeurés dans l’ombre, sont enfin révélés.

Olivier Wieviorka

Dans une France plongée dans la guerre, l’exode de 1940 représente un curieux paradoxe. D’une part, cette grande peur a jeté sur les routes quelque dix millions de personnes qu’elle a durablement traumatisées. Et pour cause. Pilonnés par l’aviation allemande, abandonnés par un État en pleine déliquescence, courant à l’aventure souvent sans but, ces hommes et ces femmes ont traversé une expérience douloureuse à jamais inscrite dans leur mémoire. Dans le même temps, toutefois, ce souvenir n’a bénéficié d’aucun exutoire. Les pouvoirs publics n’ont jamais reconnu ce phénomène — sinon, à la suite du maréchal Pétain, pour blâmer les fuyards ; les témoins, bien souvent, se sont tus, préférant le silence à l’aveu ; et les historiens, jusqu’à l’ouvrage d’Eric Alary, ne se sont que rarement emparés de cette question brûlante.

C’est dire que ce film vient à point nommé pallier ces lacunes. Parce qu’il explique, archives à l’appui, ce moment capital de l’histoire nationale où un pays entier s’effondre. Parce qu’il dévoile, en se plaçant alternativement du côté des dirigeants et aux ras de ce que vivent les Français, ce qu’a représenté cette parenthèse tragique où se sont révélés le pire et parfois le meilleur. Parce qu’il allie, enfin, la rigueur historique à l’émotion livrée par des témoins — une émotion qui s’était rarement exprimée et qui se dénoue, aujourd’hui, intacte.

« L’exode » en images

« L’exode » un documentaire éalisé par Emmanuelle Nobécourt avec la collaboration de Bertrand Collard et raconté par Chloé Réjon.

Une production Cinétévé – Fabienne Servan Schreiber et Lucie Pastor. Et avec la participation de France Télévisions, du Centre national du cinéma et de l’image animée, du Ministère des armées –Direction des patrimoines de la mémoire et des archives et avec le soutien de la PROCIREP- ANGOA.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 4.8 / 5. Nombre de notes : 24

Aucune note

Liens sponsorisés


Annonces


Annonces