C dans l’air du 18 janvier 2024 : les invités et le sommaire


Publicité

C dans l’air du 18 janvier 2024, invités et sommaire – Ce jeudi soir sur France 5, Caroline Roux vous donne rendez-vous pour un nouveau numéro inédit de « C dans l’air ». Quels sont les invités et le sommaire de l’émission aujourd’hui ? On vous dit tout.


Rendez-vous dès 17h40 sur France 5 ou sur france.tv pour le replay.

C dans l'air du 18 janvier 2024 : les invités et le sommaire
FTV


Publicité

C dans l’air du 18 janvier 2024 : le sommaire

⚫ Adélaïde de Clermont-Tonnerre , directrice de la rédaction de Point de vue, sera ce soir l’invitée de Caroline Roux dans #cdanslair.
Kate Middleton, la princesse de Galles, est actuellement à l’hôpital à Londres, où elle devrait rester entre dix et quinze jours. Le Palais de Kensington a annoncé que l’hospitalisation était liée à une intervention chirurgicale abdominale planifiée, qui s’est déroulée avec succès. Bien que la nature exacte du traitement n’ait pas été divulguée, le Palais a assuré qu’il ne s’agissait pas d’un cancer.
Cette nouvelle a suscité des inquiétudes de l’autre côté de la Manche, d’autant plus que le roi Charles III doit également être hospitalisé la semaine prochaine pour un problème de prostate qualifié de « bénin » par Buckingham, qui a fait cette annonce peu de temps après le communiqué de Kensington.
L’historien et chroniqueur royal Robert Hardman, déjà connu pour sa biographie détaillée sur la reine Elizabeth, a publié un livre sur le début du règne de Charles III. Cet ouvrage offre des révélations fascinantes sur les coulisses de la monarchie.

⬛ « Réarmement démographique » : pourquoi ça divise ?
Le nombre de naissances en France atteint son niveau le plus bas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2023, seulement 678 000 bébés ont vu le jour, marquant une diminution de 6,6 % par rapport au dernier bilan de l’Insee. Bien que la tendance à la baisse de la fécondité soit observée depuis 2010, la chute semble s’accélérer. Face à ce qu’il qualifie de « crise de la natalité », le président a annoncé la mise en place d’un « congé de naissance » et d’un plan contre l’infertilité, dans le but d’un « réarmement démographique » du pays. Ces mesures visent à répondre au faible taux de fécondité enregistré en 2023 (1,68 enfant par femme) par rapport à 2022 (1,79), ainsi qu’à l’impact de l' »infertilité », touchant plus de 3 millions de Français.
Cette intervention présidentielle, au ton martial et prononcé en faveur de la natalité, a suscité diverses réactions, notamment des critiques et des inquiétudes, en particulier au sein des mouvements féministes et de la gauche. Certains craignent que cela réduise les femmes à un rôle purement procréatif et accusent le président de négliger les véritables obstacles auxquels sont confrontés les futurs parents.
Mais pourquoi la natalité diminue-t-elle en France ? Quelles sont les raisons de la hausse de l’infertilité au cours des cinquante dernières années ? Comment peut-on y remédier ? De plus, depuis 2015, pourquoi la mortalité infantile en France est-elle supérieure à la moyenne européenne ? Enfin, quels sont les enjeux sous-jacents à cette baisse de la fécondité ?
Ce phénomène de dénatalité, qui touchait peu la France jusqu’à récemment, affecte également plusieurs de nos voisins européens. Eurostat rapporte une diminution de 2,6 % des naissances dans l’Union européenne en 2021 par rapport à 2020, avec un taux de fécondité moyen de 1,53 enfant par femme, loin du seuil de renouvellement des générations fixé à 2,1. Bien que la France conserve une position relativement favorable avec un taux de fécondité de 1,68 enfant par femme, d’autres pays comme l’Italie font face à un vieillissement rapide de la population, recourant même à l’immigration pour maintenir l’économie. Le Danemark, également confronté au vieillissement de sa population, a opté pour l’indexation de l’âge de la retraite sur l’espérance de vie, combinée à des mesures visant à favoriser l’emploi des seniors.


Publicité

Retrouvez un nouveau numéro inédit de « C dans l’air » ce jeudi 18 janvier 2024 à 17h40 sur France 5. Rediffusion à 23h55.



Publicité


Retour en haut