Robin Williams : ses héritiers n’ont que deux mois pour s’entendre


Il y a quelques semaines de cela, c’était au début du mois de février, le site américain TMZ nous révélait l’existence d’un conflit entre Susan Schneider Williams, la troisième épouse de Robin Williams, et ses enfants, Zak, Zelda et Cody, issus de deux précédents mariages.

La cause de ce différent ? Des objets personnels ayant appartenu à l’acteur et que les enfants souhaitent récupérer à tout prix. Ils ont notamment accusé Susan Schneider de vouloir monnayer ces biens, allant même jusqu’à refuser de les laisser entrer dans la maison.


ANNONCES

Crédits : PR Photos
Crédits : PR Photos

Aujourd’hui le tribunal de San Francisco leur laisse deux mois pour trouver un terrain d’entente et régler ce différent à l’amiable. A défaut, c’est le tribunal qui prendra une décision à leur place.

Robin Williams, victime d’hallucinations avant son suicide ?

Si les conclusions du rapport d’autopsie de Robin Williams ont confirmé la thèse du suicide de l’acteur, le site américain TMZ a indiqué en novembre dernier avoir eu accès à des documents prouvant que l’acteur souffrait de démence à corps de Lewy (DCL), une maladie neurodégénérative souvent associée à la maladie de Parkinson et qui se caractérise notamment par des dépôts de protéines anormales dans le cerveau (ndrl : les corps de Lewy) qui en perturbent le fonctionnement.


ANNONCES

Cette maladie peu connue, et dont souffrent pourtant plus 1.3 millions d’américains, se traduit par des pertes de mémoires , des troubles du comportement mais aussi et surtout des hallucinations qui auraient pu le pousser à mettre fin à ses jours.

Le site américain avait alors précisé que les patients qui sont atteints des deux – à la fois de Parkinson et de démence à corps de Lewy – souffrent généralement de graves effets secondaires consécutifs à la prise des médicaments contre Parkison. Ils se traduisent par de fréquentes hallucinations durant lesquelles les personnes affectées voient des objets, des personnes ou des animaux fantômes avec lesquels ils essaient de converser.

Et de rappeler que l’épouse de Robin Williams avait justement déclaré aux autorités que son mari s’était déjà plaint de ses médicaments et de l’état dans lequel il se sentait après les avoir pris.

Selon des proches de Robin Williams cités par TMZ, cette démence à corps de Lewy a bien été le «facteur clé» qui l’a conduit au suicide. Les médecins de l’acteur en ont d’ailleurs convenu de même.

Les conclusions du rapport d’autopsie

Le rapport d’autopsie a permis de confirmer que Robin Williams s’est bien donné la mort par pendaison et n’était pas sous l’emprise de drogue ou d’alcool au moment du drame.

Si des traces de médicaments ont bien été retrouvées dans son organisme, elles étaient la conséquence du traitement qu’il prenait depuis plusieurs mois pour soigner son état dépressif. D’autre part ce rapport d’autopsie a confirmé que l’un des poignets de l’acteur était entaillé, preuve qu’il cherchait à mettre fin à ses jours.

Il a également été précisé que sa femme, Susan Schneider était présente au domicile conjugal au moment du drame. Mais parce qu’ils faisaient chambres à part, elle ne s’était pas doutée un seul instant de ce qui était en train de se passer dans celle de son mari. En quittant le domicile, elle le croyait simplement endormi.

Le 27 septembre 2014 une dernière cérémonie d’adieux à Robin Williams était organisée au au Curran Theatre de San Francisco en présence de sa famille et de ses proches. Une occasion de saluer une dernière fois la mémoire d’un acteur de génie qui a préféré s’en aller rejoindre les étoiles.

Il faut dire que ses funérailles avaient eu lieu très rapidement après sa mort en l’église Glide Memorial Church avant que ses cendres ne soient dispersées dès le lendemain dans cette baie de San Francisco qu’il aimait tant.

Aucun vote actuellement

Notez cet article

LIENS SPONSORISES