C dans l’air du 3 janvier 2023 : invités et sommaire

5
(10)

C dans l’air du 3 janvier 2023, invités et sommaire – Comme chaque soir, Caroline Roux vous donne rendez-vous sur France 5 pour un nouveau numéro inédit de « C dans l’air ». Quels sont les invités et le sommaire ce soir ? On vous dit tout.



Publicité

Rendez-vous dès 17h40 sur France 5 ou sur france.tv pour le replay.

C dans l'air du 3 janvier 2023 : invités et sommaire
FTV


Publicité

C dans l’air du 3 janvier 2023 : le sommaire

🔵 Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, sera ce soir l’invité d’Axel de Tarlé
La rentrée s’annonce agitée pour le gouvernement. Le 10 janvier prochain, la Première ministre Elisabeth Borne présentera les détails du projet de réforme des retraites avec la question brûlante de l’âge de départ légal. S’ensuivra presque inévitablement un appel à la mobilisation générale initié par certaines forces politiques d’opposition et l’ensemble des syndicats pour la première fois depuis… la réforme des retraites d’Eric Woerth de 2010 !
À ce dossier tendu vient s’ajouter un décret controversé concernant la réforme de l’assurance chômage. Transmis aux partenaires sociaux la veille de Noël, il a suscité une certaine indignation. Le durcissement des règles de durée d’indemnisation sans échange préalable avec les forces syndicales a été qualifié par Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, comme de la « pure déloyauté ».
Il reviendra sur le contenu de ces réformes ainsi que sur le front syndical unanime, inédit sous la présidence d’Emmanuel Macron.

🔵 Poutine : l’humiliation de trop ?
Pas de trêve sur le front ukrainien. Des frappes russes ont touché plusieurs villes d’Ukraine avant et après le Nouvel An alors que Kiev a reconnu avoir mené une frappe meurtrière sur des soldats russes. Fait suffisamment rare pour être souligné la Russie a admis, et c’est une première, avoir perdu 63 soldats dans le bombardement de Makiïvka, en territoire séparatiste dans l’est du pays. Mais le bilan pourrait être bien plus lourd. Il ne reste plus rien ou presque du bâtiment qui abritait près de 400 soldats et un dépôt d’armes dans ce centre de l’armée russe. « Le 31 décembre, jusqu’à 10 unités d’équipements militaires ennemis de divers types ont été détruites ou endommagées », a expliqué l’état-major ukrainien sur Facebook, indiquant que le bilan des pertes humaines russes était en cours d’évaluation.
Un désastre pour l’armée russe lourd de sens et sévèrement critiqué à Moscou alors que le Kremlin entend toujours relancer l’offensive. Dans ses vœux pour 2023, Vladimir Poutine l’a d’ailleurs répété : la victoire reste l’objectif. Le chef du Kremlin a une nouvelle fois défendu sa guerre en Ukraine contre le régime « néonazi » soutenu par les Américains et les Européens mais aussi évoqué un événement « vraiment décisif et important » qui « jette les bases » d’une « véritable indépendance » pour la Russie. Le président ukrainien a de son côté assuré que son pays « ne pardonnera pas » à la Russie. 2023 sera l’année de « la victoire », a avancé Volodymyr Zelensky, appelant ses compatriotes au « travail », à la « lutte » et à l’« aide mutuelle », plus de dix mois après le déclenchement de l’invasion de son pays par la Russie, le 24 février 2022.
Une guerre qui en dix mois a déjà fait des dizaines de milliers de morts aux portes de l’Europe mais a aussi relancé une course à l’armement inédite dans le monde, et fait ressurgir la menace nucléaire. 40 000 hommes de l’Otan, trois fois plus qu’avant l’invasion, sont désormais déployés sur le front et prêts à réagir à tout instant. Les budgets militaires de diverses chancelleries occidentales ont explosé dans le but de parer à toute éventualité. Les voisins de la Russie s’activent pour renforcer leur arsenal militaire. C’est notamment le cas de la Pologne qui passe de multiples commandes aux États-Unis et en Corée du Sud. Une course aux armements que l’on observe également dans le Pacifique, sur fond de manœuvres chinoises autour de Taïwan, d’incursions multiples et d’essais d’armement sans précédent réalisés cette année par la Corée du Nord.
Parallèlement, la liste des oligarques russes décédés ces derniers mois dans des conditions suspectes vient de s’allonger. Pavel Antov, surnommé le « député le plus riche » de Russie, a été retrouvé mort le 25 décembre au pied de son hôtel en Inde. Il avait critiqué l’invasion de l’Ukraine par son pays. Deux jours plus tôt, son ami, l’homme d’affaires Vladimir Bydanov, était décédé dans le même hôtel, officiellement d’une crise cardiaque. Suicide, noyade, venin de crapaud… Quatorze oligarques russes ont trouvé la mort dans des circonstances douteuses depuis le début de la guerre.
Alors quelle est la situation en Ukraine ? Que sait-on du bombardement de Makiïvka ? Quels sont les enjeux de cette nouvelle course à l’armement que l’on observe dans le monde ? Enfin que sait-on des quatorze oligarques russes morts depuis le début de la guerre en Ukraine ?


Publicité

Retrouvez un nouveau numéro inédit de « C dans l’air » ce mardi 3 janvier 2023 à 17h40 sur France 5. Rediffusion à 23h55.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 10

Aucune note



Publicité