Des racines et des ailes du 10 janvier : le sommaire ce soir sur France 3


Publicité

Des racines et des ailes du 10 janvier 2024 – C’est un nouvel inédit de votre magazine « Des racines et des ailes » qui vous attend ce soir sur France 3. Ce numéro intitulé « Mon village, de l’Aveyron à la Provence », ​Carole Gaessler vous emmène de l’Aveyron à la Provence, à la rencontre de passionnés qui mettent toute leur énergie et leur enthousiasme à préserver leur village.


A suivre dès 21h10 sur France 3 ou en replay et streaming sur France.TV

Des racines et des ailes du 10 janvier : le sommaire ce soir sur France 3
Capture FTV


Publicité

Des racines et des ailes du 10 janvier « Mon village, de l’Aveyron à la Provence »

Dans le sud de l’Aveyron, trois sœurs ont hérité d’un exceptionnel hameau abandonné, La Roujarie. Elles se battent pour le restaurer dans les règles de l’art avec l’architecte Patrice Gintrand, fervent défenseur d’un savoir-faire local : la fabrication des toits en lauze calcaire.

Au cœur du Rouergue, au-dessus d’Espalion, un jeune couple a décidé de changer de vie. Audrey Lecourt s’est lancée dans l’élevage de brebis. Son mari, Matthieu Bodiguel, est devenu artisan boulanger et a rallumé le four du hameau d’Alayrac longtemps abandonné.


Publicité

À Gordes, joyau provençal, loin de l’effervescence touristique, des jeunes s’installent pour faire vivre le village toute l’année. Allan Sorriaux a récupéré des terres en jachère pour y faire paître son troupeau de vaches. Fanny et Alexandre Deturck ont eu un coup de cœur pour un vignoble ancestral. Ils vont produire leur première cuvée.

Au pied de la montagne Noire en Occitanie, Michèle et Philippe Devisme ont consacré cinquante ans de leur vie à sauver tout un village abandonné : Cauduro. Ils restaurent la dernière maison.

Dans l’arrière-pays niçois, à Saint-Martin-Vésubie, toujours marqué par les ravages de la tempête Alex en 2020, l’historien Éric Gilli se bat pour mettre en valeur un patrimoine méconnu du village, la Suisse niçoise. Des dizaines de sublimes demeures de la Belle Époque, qu’il faut inventorier rapidement pour mieux les protéger.



Publicité


Retour en haut