« 24 jours, la vérité sur l’affaire Ilan Halimi » : la bande-annonce !



0
(0)
© Affiche du film/Paradis Films
© Affiche du film/Paradis Films

Annonces

Le dernier long-métrage d’Alexandre Arcady « 24 jours, la vérité sur l’affaire Ilan Halimi » fait beaucoup parler de lui, et pour cause.


Annonces

D’abord parce qu’il traite d’un tragique fait divers qui est encore dans toutes les mémoires, celui de l’enlèvement et de l’assassinat en 2006 d’un jeune homme de confession juive par le « gang des barbares ».

24 jours d’angoisse pour une famille, 24 jours durant lesquels Ilan Halimi, 23 ans à peine, sera séquestré et torturé avant d’être retrouvé agonisant dans un bois à Sainte-Geneviève-des-Bois.

Ensuite parce que le film suscite de nombreuses polémiques. On a évoqué plus tôt ce matin les propos d’Aymeric Caron sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché » et la réponse que la mère d’Ilan a souhaité y apporter.


Annonces

Mais d’autres polémiques sont nées au sujet du film :

– son non-financement par France Télévisions, une attitude qualifiée d’inadmissible par Ruth Halami;
– le fait que cette vérité annoncée ne soit que celle de la mère (le film étant basé sur un livre qu’elle a co-écrit)
– la tentative de démonstration d’un fiasco des policiers alors chargés de l’enquête.

Du côté des critiques, la presse est particulièrement divisée à propos de ce film. Si certains ne manquent pas de saluer le travail remarquable d’Alexandre Arcady et des comédiens, d’autres se montrent plus cinglants à l’image d’Ecran Large qui évoque la « vision d’un cinéma pris en otage au service d’une dialectique immonde.  »

Avant de vous en présenter la bande-annonce, (re)voici le synopsis officiel de ce film porté par Zabou Breitman, Pascal Elbé, Jacques Gamblin, Sylvie Testud ou bien encore Syrus Shahidi dans le rôle d’Ilan .

« Elle est entrée dans une boutique de téléphonie sur le boulevard Voltaire. Elle a fait mine de s’intéresser aux nouveaux portables, a obtenu le numéro du vendeur et s’en est allée. Elle l’a rappelé dès le lendemain, lui a dit qu’elle voulait le revoir. Ilan ne s’est pas méfié. Il avait vingt-trois ans, la vie devant lui…

Comment pouvait-il se douter qu’en rejoignant cette jolie fille dans un café de la porte d’Orléans, il avait rendez-vous avec la mort ?

Le vendredi 20 janvier 2006, Ilan Halimi, choisi par le gang des Barbares parce qu’il était juif, est enlevé et conduit dans un appartement de Bagneux. Il y sera séquestré et torturé pendant trois semaines avant d’être jeté dans un bois par ses bourreaux. Retrouvé gisant nu le long d’une voie de chemin de fer à Sainte-Geneviève-des-Bois, il ne survivra pas à son calvaire.

Dans ce film, Ruth Halimi revient sur ces 24 jours de cauchemar. 24 jours au cours desquels elle aura reçu, elle et son mari, Didier, plus de six cents appels, des demandes de rançon dont le montant ne cessera de changer, des insultes, des menaces, des photos de son fils supplicié… 24 jours d’angoisse de toute une famille, contrainte de garder le silence pour laisser travailler la police criminelle.

Mais le 36 Quai des Orfèvres ne sait pas à quels individus il a affaire. Personne ne mesure la haine antisémite qui habite les ravisseurs, et ne s’imagine qu’Ilan allait perdre la vie…

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note

Liens sponsorisés


Annonces


Annonces