Françoise Hardy hospitalisée


Edition Equateurs
© Edition des Equateurs

Alors qu’elle vient tout juste de révéler qu’elle était diminuée par la maladie et qu’elle avait beaucoup de difficultés à marcher, Françoise Hardy a été contrainte d’arrêter la tournée de promotion de son livre « Avis non autorisés… » paru aux éditions « Equateurs ».

La chanteuse, et compagne de Jacques Dutronc, a en effet été hospitalisée suite à une fracture du bras.  Elle était attendue sur plusieurs plateaux télé mais devait également se rendre à une séance de dédicaces à Paris.


ANNONCES

Au Figaro Olivier Frébourg, le fondateur des Editions des Equateurs, a notamment déclaré après ce contre-temps «On est d’autant plus peiné que Françoise était tout heureuse de voir l’accueil de son livre. Il y a quelque chose de très émouvant qui se passe autour de son récit, notamment lorsqu’elle évoque la vieillesse et la maladie. Nous avons de très beaux retours des libraires et des lecteurs.»

Un livre qui rencontre un beau succès en librairies ! Tiré à l’origine à 32 000 exemplaires, il a déjà été réimprimé à trois reprises depuis sa sortie.


ANNONCES

Présentation du livre par l’éditeur : Parce que son cœur n’est pas en silex, Françoise Hardy met le feu quand elle passe au crible notre société contemporaine. Dans un livre composé de messages personnels, elle évoque sans concession la vieillesse, sa vieillesse, la décrépitude des corps… Elle qui a été l’icône androgyne et longiligne des sixties. Il faut avoir un courage d’écrivain pour se confronter ainsi à son propre corps. Dans une époque qui se refuse à vieillir, elle convoque la belle figure voltairienne d’Emmanuel Berl, avec qui elle s’est souvent entretenue pour raconter sa souffrance, la maladie, le parcours du combattant auprès des médecins et parfois de charlatans en tout genre. Michel Leiris a écrit L’Âge d’homme et comparé la littérature à la tauromachie. Ici Françoise Hardy nous livre l’âge d’une femme et encorne tout ce qui la révulse aujourd’hui : les mensonges, religieux ou politiques, les idéologies, le sectarisme et le spectaculaire. Elle y avoue aussi son admiration pour certains hommes publics comme Michel Rocard, Nicolas Hulot, Alain Juppé, Hubert Védrine, ou parle de ses rencontres avec ces hommes qui semblent échapper aux partis politiques, déquille ceux qui l’agacent comme Cécile Duflot ou François Hollande. Mais ce livre est aussi une déclaration d’amour à la littérature, aux écrivains qu’elles aiment comme Stefan Zweig, Scott Fitzgerald, Modiano –; drôlerie d’un dîner avec le récent prix Nobel de littérature qui ne parvient pas à déboucher une bouteille de vin –;ou Michel Houellebecq, admirateur de ses chansons. Bien évidemment sa passion pour l’astrologie et la spiritualité imprègne ce livre où se mêlent souvenirs personnels avec chanteurs, couturiers, idoles des sixties et digressions sur l’économie et la politique. Apparaît ici toute la sensibilité à fleur de peau d’une artiste qui préfère la solitude, la beauté, à la foire aux vanités.

1/5 (1)

Notez cet article

LIENS SPONSORISES