Tex viré de France 2 : il ne présentera plus « Les Z’Amours » !

Vous étiez des fidèles de Tex et de son émission « Les Z’Amours » sur France 2 ? Et bien il va vous falloir prendre de nouvelles habitudes. Tex sur France 2, c’est terminé !

Il y a quelques jours à peine on apprenait qu’il avait été mis à pied suite à une blague de mauvais goût faite sur le plateau l’émission de Julien Courbet « C’est que de la télé » sur C8.

© Sony Pictures TV / JP Baltel

« Les gars, vous savez ce qu’on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir ? On ne lui dit plus rien ! On vient déjà de lui expliquer deux fois ! » avait-il alors lâché…

Une blague jugée sexiste et dont s’étaient aussitôt désolidarisés Julien Courbet et ses chroniqueurs.

Et alors que l’animateur avait fini par s’excuser sur Twitter se disant « fermement opposé à toutes formes de violences faites aux femmes », ses explications n’auront pas été suffisantes.

Selon Ozap, la société de production (Sony, ndrl) a pris une décison radicale le concernant : il ne reprendra pas les tournages du jeu dont il était l’animateur depuis 17 ans maintenant. En clair, il est VIRE !

Une information confirmée par France 2. Jointe par le blog de Jean-Marc Morandini, la chaîne a indiqué que depuis plusieurs mois de nombreux téléspectateurs avaient fait part  de leur mécontentement à propos de certaines de ses remarques et interventions dans le jeu qu’il présentait depuis 2000. Tex en aurait été informé…

Cette blague a été visiblement la goutte d’eau pour France Télévisions qui a donc réclamé à Sony le respect de la clause d’éthique du contrat liant la chaîne à la production.

Evoquant des propos insultants et déplacés, la direction de France 2 a ainsi estimé que Tex n’était plus « en adéquation avec les attentes du public » à un moment où les chaînes du service public s’engagent à défendre la cause des femmes.

Selon Ozap, l’émission « Les Z’Amours » ne passe pas à la trappe pour autant, la production étant déjà à la recherche de son successeur.

Aucun vote actuellement

Notez cet article