Des racines et des ailes du 28 septembre : direction l’Egypte ce soir sur France 3

5
(9)

Des racines et des ailes du 28 septembre 2022 – Nouveau numéro inédit de votre magazine « Des racines et des ailes » ce soir sur France 3. Dans ce numéro, « Des racines et des ailes » vous invite en Égypte pour un extraordinaire voyage dans le temps.



Publicité

A suivre dès 21h10 sur France 3 ou en replay et streaming sur France.TV

Des racines et des ailes du 28 septembre : direction l'Egypte ce soir sur France 3
Capture France 3


Publicité

Des racines et des ailes du 28 septembre « L’Égypte, une passion française »

Grâce à la réalité virtuelle, Carole Gaessler nous guide au cœur de la pyramide de Kheops, la seule merveille du monde antique qui nous soit parvenue. Nous assisterons aux funérailles du grand pharaon, il y a 4 600 ans. Nous découvrirons également le visage de Ramsès II, restitué en 3D grâce aux méthodes les plus sophistiquées de la police scientifique. Une première mondiale ! Cette émission exceptionnelle célèbre le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion et le centenaire de la découverte du tombeau de Toutankhamon.

Champollion et Ramsès II, rencontre sur le Nil


Publicité

27 septembre 1822 : Jean-François Champollion entre dans l’histoire en perçant le mystère des hiéroglyphes. Six ans plus tard, il réalise son rêve, et effectue son seul et unique voyage en Égypte, d’Alexandrie jusqu’au temple d’Abou Simbel, en passant par Thèbes et Karnak. Il est alors le premier à « lire sur les murs des monuments » l’histoire de cette grande civilisation.
Tout au long de son expédition, le destin du plus grand des égyptologues va croiser celui du plus illustre des pharaons de l’Égypte antique : Ramsès II.
Il est le pharaon de la démesure : plus 66 ans de règne, 103 enfants, 200 concubines et onze épouses, dont la célèbre Néfertari, à qui il offre une splendide tombe et un temple à Abou Simbel.
Bâtisseur insatiable, il couvre le pays de dizaines de temples. Guerrier légendaire et fin diplomate, il signe la paix avec ses plus grands ennemis, les Hittites. Roi de la propagande, il laisse à la postérité plus de 300 statues à son effigie, et son nom sur tous les murs millénaires édifiés le long du Nil. Cette « signature » est l’une des clés qui permet à Champollion de déchiffrer, le premier, les hiéroglyphes.
Aujourd’hui, médecins égyptiens et légistes anglais continuent ensemble à percer les mystères de ce pharaon hors-norme. 3300 ans après sa mort, grâce à sa momie conservée au musée des Civilisations au Caire, ils déchiffrent le crâne de Ramsès II pour lui redonner chair… Ils prolongent ainsi la grande aventure égyptienne initiée par Jean-François Champollion.

L’égyptomanie, une passion française

Trois Français sont à l’origine de cette fascination pour l’Égypte antique que le XIXe siècle a nommé l’égyptomanie.
Bonaparte lance ce goût dès son retour de sa campagne d’Égypte en 1801. C’est le château de Malmaison qui témoigne le mieux de ce nouvel engouement. Joséphine, son épouse, le décore de meubles et objets directement inspirés des antiquités rapportées ou dessinées sur place, et lance alors cette mode « égyptisante ».
Le plus vieux monument de Paris est égyptien. L’Obélisque de la place de la Concorde, rapporté par Champollion en 1833 après une incroyable épopée, vient d’être entièrement nettoyé, pour la première fois depuis son arrivée en France. À cette occasion, l’égyptologue Valentin Boyer nous emmène au plus près des hiéroglyphes.
C’est un autre Français, Auguste Mariette, égyptologue et aventurier, qui a permis à l’Égypte, au XIXe siècle, de protéger et conserver son patrimoine archéologique. Le vice-roi d’Égypte le nomme Pacha en 1879 et toute la population lui rend hommage en lui dédiant un monument, à l’entrée du musée du Caire, qu’il a créé.
En 1922, l’Angleterre éclipse la France, lorsque Howard Carter fait LA découverte du siècle : le trésor de Toutankhamon. Près de 5 000 objets d’une valeur inestimable. Amandine Marshall nous fait revivre cet épisode historique dans le tombeau même du pharaon défunt, et nous en livre la face cachée.
À la suite de cette découverte, les grands joailliers français sont gagnés par cette passion pour l’Égypte antique : la maison Van Cleef nous dévoile des pièces exceptionnelles de sa collection. Des motifs empruntés aux hiéroglyphes, tout en pierres précieuses, et dans le style des années 1920.
De nos jours, l’Égypte est toujours très demandée chez les artisans d’art, comme à la Manufacture de Sèvres ou dans les ateliers de la Réunion des Musées nationaux.
Enfin, au Caire, Mathieu Gousse nous fait découvrir l’une des trois seules imprimeries au monde héritée de l’Imprimerie nationale, capable de reproduire les caractères hiéroglyphiques.

Direction l’Égypte ce soir dans « Des racines et des ailes » !

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 9

Aucune note



Publicité