C dans l’air du 1er décembre 2023 : invités et sommaire


Publicité

C dans l’air du 1er décembre 2023, invités et sommaire – Ce vendredi soir sur France 5, Caroline Roux vous donne rendez-vous pour un nouveau numéro inédit de « C dans l’air ». Quels sont les invités et le sommaire de l’émission aujourd’hui ? On vous dit tout.


Rendez-vous dès 17h40 sur France 5 ou sur france.tv pour le replay.

C dans l'air du 1er décembre 2023 : invités et sommaire
FTV


Publicité

C dans l’air du 1er décembre 2023 : le sommaire

⚫ Pr. Amine Benyamina, psychiatre-addictologue, président de la Fédération Française d’Addictologie, sera ce soir l’invité d’Axel de Tarlé dans #cdanslair.
11 millions de Français se retrouvent piégés dans la spirale des opioïdes, ces antidouleurs dérivés de l’opium, puissants et addictifs, prescrits à la faveur d’une migraine, d’une lombalgie, d’une chute. « On observe clairement une hausse des addictions à ces médicaments, s’inquiète l’addictologue Amine Benyamina. On ne parle pas là de consommateurs de drogue habituels mais de Monsieur et Madame Tout-le-Monde ».
Aux États-Unis, les overdoses battent des records. Depuis 1999, un demi-million d’Américains ont succombé à ces comprimés prescrits durant des années à tour de bras, sous la pression des labos. L’acteur de « Friends », Matthew Perry, décédé fin octobre, avait alerté dans ses mémoires sur « cette chose terrible », sa plongée dans l’enfer des antalgiques après un accident de jet ski. En 2022, il prédisait : « Si je mourais, cela choquerait les gens mais cela ne surprendrait personne ».
Selon l’observatoire français des médicaments antalgiques, les hospitalisations pour surdoses accidentelles d’opioïdes ont bondi de 246 % entre 2000 et 2021 et les décès de 192 % entre 2000 et 2017.
Le Professeur Amine Benyamina, psychiatre-addictologue, président de la Fédération Française d’Addictologie (FFA), nous expliquera comment de nombreux Français se sont retrouvés piégés dans la spirale des opioïdes.

⬛ Les galères des JO, les tracas d’Hidalgo
Les Français vont-ils aimer les Jeux olympiques ? A moins de huit mois du top départ, le comité d’organisation, la mairie de Paris et la région Île-de-France sont sous pression et les polémiques se multiplient. Après le tarif des places qui a fait beaucoup parler et le prix du ticket de métro qui va presque doubler du 26 juillet au 11 août, les périmètres de sécurité autour des sites olympiques dévoilés cette semaine font grincer bien des dents.
Le préfet de police de Paris a donné les détails mercredi du dispositif : quatre zones de restrictions seront déployées autour des sites des épreuves, du club France, du centre des médias, du village des athlètes et autres lieux de festivités. Ceux-ci seront de plus en plus restrictifs à mesure que l’on se rapproche de l’enceinte sportive. Véhicules motorisés proscrits, fouille obligatoire, QR code à présenter… Une galère en vue pour les Parisiens ?
Le ministre des Transports a prévenu ces dernières semaines que pendant les JO, la circulation sera « hardcore » dans la capitale française. Néanmoins, Clément Beaune s’est insurgé hier contre l’idée d’un « fiasco » pour Paris 2024. « Ce n’est pas du tout un fiasco (…) Sur les transports, pour les Jeux olympiques, c’est une offre renforcée. On a fait une promesse, qu’aucune ville olympique n’avait faite auparavant, qui est que pour tous les sites, tous les spectateurs, on peut avoir un accès en transports publics. On parle beaucoup de Londres, mais ce n’était pas du tout la même promesse, le même engagement. Cet engagement, on le tiendra, avec de nouvelles lignes, plus de conducteurs… » « Moi, je n’ai pas de doute », a ajouté Clément Beaune. Mercredi 22 novembre, Anne Hidalgo avait indiqué sur le plateau de l’émission Quotidien de TMC que les transports ne seraient « pas prêts » en vue de l’échéance des Jeux, suscitant la colère du gouvernement ainsi que de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.
Des mots, prononcés quelques jours après la polémique sur son déplacement à Tahiti, qui ont mis fin à l’ »union sacrée » entre la mairie de Paris et l’exécutif sur fond de précampagne municipale. « Une honte, et une trahison politique », s’est indigné Clément Beaune, ministre des Transports, et candidat présumé pour la municipale de 2026 à Paris. « Comment Anne Hidalgo pourrait-elle savoir où en sont les programmes de transports pour les Jeux ? Elle ne m’a même jamais appelée pour évoquer ce sujet avec moi ces derniers mois », a tancé de son côté Valérie Pécresse dans une interview à L’Opinion. « Tout le monde se décarcasse, sauf Anne Hidalgo, elle n’est pas au rendez-vous », a-t-elle poursuivi, évoquant « une faute politique » de la maire de Paris dont les déclarations « ont eu un grand retentissement dans la presse étrangère ».
Alors que prévoit le dispositif de sécurité des Jeux olympiques ? Comment est-on passé de la promesse de transports gratuits à un ticket de métro à 4 euros pendant la compétition ? Faut-il être à Paris pendant les JO ? Enfin pourquoi de nombreux sportifs français sont-ils contraints d’ouvrir une cagnotte pour pourvoir y participer ?


Publicité

Retrouvez un nouveau numéro inédit de « C dans l’air » ce vendredi 1er décembre 2023 à 17h40 sur France 5. Rediffusion à 23h55.



Publicité


Retour en haut