« De Gaulle : l’éclat et le secret » du 9 novembre : ce soir, c’est déjà le final !



4.6
(20)

Annonces

« De Gaulle : l’éclat et le secret » du 9 novembre 2020. Déjà le final de votre mini-série évènement ce soir dès 21h05 sur France 2 et en replay sur France.TV


Annonces

« De Gaulle : l'éclat et le secret »
capture écran France 2

Annonces


Annonces

Au programme les 3 derniers épisodes « Premier des Français », « Le chagrin des hommes » » et « Crépuscule ».

Pour mémoire elle est portée par Samuel Labarthe (le Général de Gaulle), Constance Dollé (Yvonne de Gaulle), Christopher Craig (Winston Churchill), Geoffrey Bateman (Dwight D. Eisenhower) ou bien encore Baptiste Roussillon (François Flohic).

« De Gaulle : l’éclat et le secret » du 9 novembre 2020 : vos 3 épisodes de ce soir

« Premier des Français ». Mai 1958. La crise algérienne risque d’entraîner la France dans la guerre civile. Le président de la République René Coty fait appel à de Gaulle. La constitution de la Ve République voit le jour, Charles de Gaulle entre à l’Élysée en janvier 59. Putsch des généraux en 1961, multiples tentatives d’attentat contre de Gaulle… la question de l’Algérie reste brûlante. Quand s’ouvre l’année 1965, de Gaulle laisse entendre qu’il pourrait ne pas se représenter à l’élection présidentielle en décembre. Yvonne, qui a lié son destin au sien, encourage discrètement quelques proches à dissuader le Général d’être candidat. Mais comment abandonner la France ?


Annonces

« Le chagrin des hommes ». Mai 1968. À son retour de voyage à l’étranger, de Gaulle découvre une France en ébullition. Mais il ne comprend pas ce qui est en train de se jouer. Infinie cruauté, les appels à son départ résonnent dans l’entourage du Premier ministre. Pompidou prépare son avenir, au grand dam de Malraux qui fustige ceux qui veulent « être gaullistes sans de Gaulle ». Les « événements » ne s’apaisent pas : lançant une grève générale, les centrales syndicales appellent les ouvriers à la révolte étudiante. Fin mai, le Général, sans prévenir, disparaît l’espace d’une journée. À Baden-Baden, il retrouve son vieux fidèle, le général Massu, qui l’exhorte à être de Gaulle, c’est-à-dire à ne pas abandonner le combat. Il reprend la main. Victoire aux élections législatives. Mais Georges Pompidou n’a t-il pas tout autant gagné ces élections ? La rupture est proche.

« Crépuscule ». Fin 1968. Pompidou n’est plus Premier ministre. Pour de Gaulle, pourquoi pas un ultime combat dans ce crépuscule qui emporte les vieux amis comme Eisenhower ? Le dernier des géants lance le référendum auquel lui-même a du mal à croire. Le 25 avril 1969, il enregistre son allocution télévisée et quitte l’Élysée. Il sait qu’il ne reviendra pas. Quelques semaines plus tard, sur la lande irlandaise où il marche en compagnie d’Yvonne, il médite sur cet échec. Malraux vient le visiter dans la solitude de Colombey. La fin du chemin approche. Tous deux le savent. C’est le moment de parler d’espérance.

Nouveau carton d’audience ?

La semaine dernière les deux premiers épisodes, d’une soirée qui en comptait 3, ont suscité la curiosité de 4.7 millions de Français soit 19 % du public présent devant son poste de télévision. France 2 s’est alors offert la première place des audiences de la première partie de soirée de lundi, et de loin (VOIR ICI)

« De Gaulle : l’éclat et le secret » c’est déjà la fin ce soir sur France 2.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de notes : 20

Aucune note

Liens sponsorisés


Annonces


Annonces