C dans l’air du 29 novembre 2023 : invités et sommaire


Publicité

C dans l’air du 29 novembre 2023, invités et sommaire – Ce mercredi soir sur France 5, Caroline Roux vous donne rendez-vous pour un nouveau numéro inédit de « C dans l’air ». Quels sont les invités et le sommaire de l’émission aujourd’hui ? On vous dit tout.


Rendez-vous dès 17h40 sur France 5 ou sur france.tv pour le replay.

C dans l'air du 29 novembre 2023 : invités et sommaire
FTV


Publicité

C dans l’air du 29 novembre 2023 : le sommaire

⚫ María Teresa Mestre, Grande-Duchesse de Luxembourg, sera ce soir l’invitée de Caroline Roux dans #cdanslair.
Mardi 14 novembre, la police israélienne a annoncé enquêter sur plusieurs cas de violences sexuelles, dont des viols et des mutilations, commises sur des femmes par des combattants du Hamas lors des attaques terroristes menées par le mouvement islamiste le 7 octobre. La femme du président israélien Michal Herzog s’est exprimée dans une tribune : Le « silence des instances internationales face aux viols massifs perpétrés par le Hamas est une trahison envers toutes les femmes ». Alors que le viol en situation de conflit est reconnu comme un crime contre l’humanité et un crime de guerre, il reste encore massivement impuni, perpétuant l’impunité.
Le viol est défini comme un crime de guerre dans le statut de Rome de 1998 ayant institué la Cour pénale internationale (CPI). Mais pour 45 conflits depuis 1989, seuls 10 se sont soldés par un accord de paix faisant mention de violence sexuelle. L’UNIFEM, l’un des membres fondateurs de l’initiative des Nations Unies contre la violence sexuelle dans les pays en conflit, a rendu public un rapport avec des chiffres pour illustrer les niveaux de viol lors des conflits. Entre 250 000 et 500 000 femmes et filles ont été violées au cours du génocide rwandais en 1994, plus de 60 000 durant la guerre civile en Sierra Leone, entre 20 000 et 50 000 pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine, et au moins 200 000 en République démocratique du Congo depuis 1996.
La 18em édition du Women’s Forum Global Meeting se tient aujourd’hui à Paris. Il se focalisera sur l’éducation avec ce slogan : « Change education, Educate for change » (Changer l’éducation et éduquer pour changer).
María Teresa Mestre, qui participe à cette édition, reviendra sur l’utilisation du viol comme arme de guerre et son combat pour que cela devienne un sujet avec son association Stand SPEAK rise UP.

⬛ La relaxe de Dupond-Moretti, le retour de Cahuzac…
Le verdict était très attendu. Eric Dupond-Moretti a été relaxé ce mercredi après-midi par la Cour de justice de la République, seule juridiction compétente pour juger des délits et crimes des membres du gouvernement dans l’exercice de leur fonction. Après deux semaines de suspens, la juridiction composée à majorité d’élus politiques de tous horizons a rendu sa décision, à laquelle le garde des Sceaux – qui a toujours contesté les faits reprochés – savait son avenir politique suspendu.
Un an de prison avec sursis avait été requis par le ministère public. Il lui était reproché, dans deux affaires distinctes, d’avoir usé de sa fonction de ministre pour régler ses comptes avec quatre magistrats, un ex-juge d’instruction à Monaco et trois membres du Parquet national financier (PNF), avec lesquels il avait eu un contentieux du temps où il portait la robe. « Aucun élément ne permet de dire qu’il est passé outre à la situation de conflit d’intérêt qui n’avait pas été portée à sa connaissance », a expliqué le président de la CJR. « C’est ce que l’on espérait, c’est ce que le droit dictait », a réagi Jacqueline Laffont, l’une des avocates d’Eric Dupond-Moretti.
C’était la première fois qu’un ministre de la Justice en exercice était jugé et depuis quinze jours, les pronostics sur le sort du garde des Sceaux allaient bon train. Compte tenu de cette relaxe, l’ancien ténor des assises, chouchou d’Emmanuel Macron, devenu pilier du gouvernement, devrait donc poursuivre son mandat place Vendôme. Il sera reçu dans l’après-midi par le président de la République a indiqué son entourage.
Mais quelle trace ce procès du garde des Sceaux laissera-t-il ? Qu’est-ce que la Cour de justice de la République (CJR) ? Comment un ministre est-il jugé ? Enfin une personnalité éclaboussée par un scandale peut-elle revenir en politique ? L’ex-ministre Jérôme Cahuzac, condamné en 2018 pour fraude fiscale, a déclaré ce lundi sur France Inter ne « rien s’interdire » quant à un éventuel retour en politique, via un mandat d’élu. Mais qu’en pensent les Français ?


Publicité

Retrouvez un nouveau numéro inédit de « C dans l’air » ce mercredi 29 novembre 2023 à 17h40 sur France 5. Rediffusion à 23h55.



Publicité


Retour en haut