Paddington plus fort que Jean Dujardin !



0
(0)
© StudioCanal
© StudioCanal

Annonces

C’est un peu la surprise de ces premières séances parisiennes du mercredi 3 décembre 2014. Alors que tout le monde ou presque s’attendait à une nette domination du nouveau film porté par Jean Dujardin, c’est un jeune ours péruvien qui s’est assez largement imposé dans les salles de notre belle capitale.


Annonces

Dans le détail des chiffres, et selon CBO Box Office, c’est le film franco-britannique de Paul King « Paddington » qui a pris les commandes à Paris avec 2.752 spectateurs dans une combinaison de 20 salles. Un excellent démarrage auquel personne ne s’attendait vraiment. La semaine dernière le d’animation d’Alexandre Astier et Louis Clichy « Astérix – Le Domaine des Dieux » se contentait de 2468 spectateurs lors de ces mêmes premières séances.

Avec les fêtes de Noël qui approchent, pas impossible que Paddington soit le gagnant inattendu de cette fin d’année 2014

Synopsis : Paddington raconte l’histoire d’un jeune ours péruvien fraîchement débarqué à Londres, à la recherche d’un foyer et d’une vie meilleure. Il réalise vite que la ville de ses rêves n’est pas aussi accueillante qu’il croyait. Par chance, il rencontre la famille Brown et en devient peu à peu un membre à part entière.

«La French», le nouveau film de Cédric Jimenez n’a pas démérité pour autant. Emmené par Jean Dujardin, Gilles Lellouche et Céline Sallette il affiche tout de même 1 938 entrées pour 25 copies.


Annonces

Dans ce film Jean Dujardin y incarne le juge d’instruction Pierre Michel, qui a été assassiné à Marseille en octobre 1981, sur ordre de la pègre. Quant à Gilles Lellouche, il incarne le parrain marseillais des années 1970 Gaëtan Zampa dit Tany, qui s’est suicidé à la prison des Baumettes quelques années après la mort du juge Michel.

Synopsis :Marseille, 1975. Pierre Michel est un jeune magistrat arrivant de Metz avec sa famille. Il est nommé juge du grand banditisme. Il est déterminé à s’attaquer à la French Connection, organisation mafieuse spécialisée dans le trafic mondial d’héroïne. Malgré l’avis de son entourage, le juge Michel part tout seul lutter contre Gaëtan Zampa, parrain intouchable du « milieu »…

Complète le podium le film « Mr.Turner » de Mike Leigh. Un film dont vous très certainement entendu parler puisqu’il a permis à Timothy Spall de recevoir le prix d’interprétation masculine lors du dernier Festival de Cannes. Pour en revenir aux chiffres il a convaincu 1 207 personnes réparties dans 17 salles parisiennes.

Synopsis Les dernières années de l’existence du peintre britannique, J.M.W Turner (1775-1851). Artiste reconnu, membre apprécié quoique dissipé de la Royal Academy of Arts, il vit entouré de son père qui est aussi son assistant, et de sa dévouée gouvernante. Il fréquente l’aristocratie, visite les bordels et nourrit son inspiration par ses nombreux voyages. La renommée dont il jouit ne lui épargne pas toutefois les éventuelles railleries du public ou les sarcasmes de l’establishment. A la mort de son père, profondément affecté, Turner s’isole. Sa vie change cependant quand il rencontre Mrs Booth, propriétaire d’une pension de famille en bord de mer.

Les scores des autres films sortis aujourd’hui sont plus anecdotiques. En 4eme position on retrouve le film français de Marie-Castille Mention-Schaar « Les héritiers ». Portée par Ariane Ascaride, Ahmed Drame et Noémie Merlant, cette comédie dramatique se contente en effet de 774 spectateurs malgré une diffusion dans 17 salles.

Synopsis (d’après une histoire vraie) :Lycée Léon Blum de Créteil, une prof décide de faire passer un concours national d’Histoire à sa classe de seconde la plus faible. Cette rencontre va les transformer.

Plus compliqué encore pour le film « White God » de Kornel Mundruczó… Un drame hongrois à vous faire passer l’envie d’avoir un chien à la maison. 306 spectateurs seulement sont allés le découvrir dans 7 salles. L’histoire assez sordide est celle d’une révolte qui « grogne ».

Synopsis : Pour favoriser les chiens de race, le gouvernement inflige à la population une lourde taxe sur les bâtards. Leurs propriétaires s’en débarrassent, les refuges sont surpeuplés. Lili, 13 ans, adore son chien Hagen, mais son père l’abandonne dans la rue. Tandis que Lili le cherche dans toute la ville, Hagen, livré à lui-même, découvre la cruauté des hommes. Il rejoint une bande de chiens errants prêts à fomenter une révolte contre les hommes. Leur vengeance sera sans pitié. Lili est la seule à pouvoir arrêter cette guerre.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note

Liens sponsorisés


Annonces


Annonces