C dans l’air du 12 février 2024 : les invités et le sommaire


Publicité

C dans l’air du 12 février 2024, invités et sommaire – Ce lundi soir et comme chaque soir sur France 5, Caroline Roux vous donne rendez-vous pour un nouveau numéro inédit de « C dans l’air ». Quels sont les invités et le sommaire de l’émission aujourd’hui ? On vous dit tout.


Rendez-vous dès 17h40 sur France 5 ou sur france.tv pour le replay.

C dans l'air du 12 février 2024 : les invités et le sommaire
FTV


Publicité

C dans l’air du 12 février 2024 : le sommaire

⚫ Passoires thermiques : pourquoi le gouvernement recule
Dans une interview accordée au Parisien – Aujourd’hui en France, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, expose les modifications qu’il envisage d’introduire pour simplifier les procédures de rénovation énergétique des logements, perçues comme trop complexes. En collaboration avec le nouveau ministre délégué au Logement, Guillaume Kasbarian, il souhaite instaurer un nouveau type de prêt visant à faciliter l’accession à la propriété des Français. De plus, une révision du Diagnostic de performance énergétique (DPE) est prévue spécifiquement pour les petits logements de moins de 40 m2.
Christophe Béchu annonce des « simplifications » en réponse aux « complexités » et « biais » du nouveau DPE des logements. Selon le ministre, la taille d’un logement influence injustement la pondération de la consommation d’eau chaude sanitaire dans son classement, sans lien réel avec le nombre d’occupants. Cette situation conduit à ce que plus de 27% des très petits biens, ceux de moins de 40m2, soient incorrectement catégorisés comme des passoires énergétiques, ne reflétant pas la réalité. Une correction est envisagée pour permettre à environ 140 000 logements de moins de 40 m2 de ne plus être classés comme des passoires énergétiques (étiquetés F ou G).
Il est rappelé que depuis le 1er janvier 2023, la location des logements les plus énergivores (classés G+) est interdite, et à partir de 2025, la mise en location de tous les logements classés G sera interdite pour atteindre les objectifs climatiques de la France. Christophe Béchu souligne que le calendrier et les objectifs restent intacts, mais des clarifications seront apportées à certaines règles applicables dès le 1er janvier prochain.
Dans le contexte actuel de crise du logement, avec une forte pénurie de biens à louer et à acheter, Corinne Jolly, présidente de Particulier à Particulier, reviendra sur les annonces faites par le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu concernant la révision du DPE et les « simplifications » relatives à la location des passoires thermiques. Ces annonces interviennent dans un contexte où la demande de logements est élevée, accentuant les enjeux du secteur immobilier.

⬛ Mayotte, droit du sol : une aubaine pour Marine Le Pen ?
Lors de son déplacement à Mayotte dimanche, le ministre de l’Intérieur a déclaré son intention de procéder à une révision constitutionnelle visant à abolir le droit du sol sur l’île. Gérald Darmanin a admis que cette mesure était « radicale », marquant un changement par rapport à sa position il y a six ans, mais il a souligné qu’elle réduirait considérablement l’attractivité de l’archipel mahorais. Mayotte, le 101e département français, est confronté à une pression migratoire intense en provenance des Comores et de la région des Grands Lacs, aggravant les difficultés économiques et sociales de ce département considéré comme le plus pauvre de la France, et générant une situation potentiellement explosive.
Depuis le 22 janvier, Mayotte est paralysée par des blocages et des barrages routiers organisés par des « collectifs citoyens » qui protestent contre l’insécurité et l’immigration incontrôlée. Bien que ces collectifs aient indiqué être prêts à lever les blocages, ils exigent des garanties écrites en raison de promesses non tenues par le passé. Le ministre de l’Intérieur s’est engagé à envoyer un courrier dans les quarante-huit heures suivant sa rencontre avec Emmanuel Macron, au cours de laquelle l’agenda de la future loi mettant fin au droit du sol à Mayotte et aux titres de séjour territorialisés sera discuté.
Les annonces du ministre ont été saluées à droite et à l’extrême-droite, tandis que la gauche a exprimé son inquiétude. Des personnalités politiques telles qu’Éric Ciotti et Jordan Bardella ont approuvé la fin du droit du sol à Mayotte, tandis que Manon Aubry de la France insoumise a regretté une « nouvelle victoire idéologique » de l’extrême droite. Certains, comme Aurélien Taché, député écologiste, se montrent inquiets quant aux implications potentielles de cette mesure et craignent qu’elle ne soit le prélude à la fin du droit du sol en France.
Cette annonce intervient deux semaines après la promulgation de la loi « immigration », qui a suscité un débat autour du droit de la nationalité et de la préférence nationale. L’exécutif relance donc le débat sur le droit du sol, suscitant des questions sur la faisabilité de la réforme constitutionnelle, ses conséquences concrètes et l’opinion publique à ce sujet.


Publicité

Retrouvez un nouveau numéro inédit de « C dans l’air » ce lundi 12 février 2024 à 17h40 sur France 5. Rediffusion à 23h55.



Publicité


Retour en haut